Savoir distinguer hiking (randonnée) de trekking (excursion)

il y a 8 mois

Plus tu t'investis dans une activité, plus tu veux en connaître sur le sujet.

Et là tu fais comme la plupart des gens, tu vas sur Google et tu tapes les mots magiques.

Ces petits alignements de lettres sont comme des codes secrets qui t'ouvrent les portes d'un univers infini de possibilités...Le problème, c'est que y'a tellement d'informations que c'est facile de confondre certains termes, on peut parfois s'y perdre complètement.

En plus de la terminologie reliée à chaque sport, y'a aussi la langue et les traductions de ces termes. Et comme tout le monde cherche à lancer une mode pour avoir son heure de gloire, il y a plein de nouveaux termes qui apparaissent chaque année.

Comme le monde du plein air est en plein essor, c'est un domaine particulièrement sensible à cette vague de changements.

Pour t'aider à comprendre ce qui te correspond le mieux, je te propose dans cet article de démystifier 2 termes associés au plein air qu’on mélange souvent: le hiking (randonnée) et le trekking ou (excursion ou randonnée- voyage).

La randonnée ou hiking

La randonnée peut se définir comme une activité de plaisance en plein air qui implique un déplacement par la marche, le vélo ou autre moyen de transport. On associe parfois le terme promenade au terme randonnée pour en souligner l'aspect léger.

Dans le domaine du plein air, le mot randonnée est surtout associé à la marche. On la pratique habituellement en nature, dans des sentiers balisés. Il est courant que le parcours d’un randonneur implique des montées et l'atteinte de sommets.  Ce qui définit cette activité dans son essence réside dans l'intention du randonneur; l'agrément et le faible facteur de risque qui est associé à sa pratique.

Cette notion de plaisir peut varier en fonction de l'expérience du randonneur. Plus on est à l'aise avec les différents aspects de l'expérience de la marche en forêt, plus il est facile d'augmenter le facteur risque relié aux conditions de la pratique et ainsi augmenter le niveau de plaisir de celui qui prend de l’expérience.

Le facteur de la durée, de la distance à parcourir, du niveau de difficulté des sentiers, de l'orientation, de l'équipement et des conditions météo sont des éléments qui déterminent ce degré de difficulté.

L’équipement du randonneur

En termes d'équipement, les experts en marketing qui connaissent tous les trucs pour t'inciter à acheter toutes sortes de choses te diront qu'il est nécessaire d'être bien équipé pour faire de la randonnée. Dans la réalité, l'équipement de base consiste en une bonne paire de souliers adaptés pour la marche en forêt et des vêtements permettant d'affronter les conditions météo. Pour cette raison, plusieurs randonneurs ne partent pas sans leur sac à dos dans lequel ils transportent des vêtements de rechange, de la nourriture et une trousse de survie contenant du matériel de base pour pallier aux imprévus.

De façon générale, on s'entend pour dire que la randonnée pédestre est une activité qui varie de quelques heures à quelques jours, mais qui est d'une durée moins importante que le trek (expédition) .

Différents types de randonnée

Plusieurs activités de plein air qui impliquent la marche sont associées à la randonnée, comme la raquette, la marche sur neige ou la marche sur glacier, la raquette, mais aussi les pèlerinages.

La marche sur neige est une activité relativement récente qui se fait sur des sentiers aménagés mécaniquement pour permettre de marcher en forêt sans avoir à porter de raquettes. C'est une façon plus accessible de marcher en nature l'hiver. Plusieurs parcs de la SÉPAQ offrent maintenant ce genre d’aménagement en hiver.

Les premières expériences de marche sur glacier s'effectuent habituellement avec un guide, car il y a plusieurs risques associés au fait de marcher sur une surface imprévisible comme la glace. En plus des connaissances techniques qui permettent de repérer les dangers potentiels (crevasses, chutes de séracs, et bédières), on utilise de l’équipement spécialisé comme des crampons, des cordages, des piolets et des bâtons de marche. On peut s’initier à la randonnée sur glacier au Parc national des glaciers en Colombie-Britannique.

La raquette est le complément nordique du randonneur. Cette pièce d’équipement que l’on attache à ses bottes permet de circuler en forêt sans s’enfoncer dans la neige jusqu’au cou. Certains préfèrent circuler dans des sentiers aménagés ou la neige a déjà été compressée par les passages répétés des randonneurs, d’autres préfèrent ouvrir leur propre route.

Le pèlerinage est une sorte de quête spirituelle que l'on entreprend pour faire des rencontres, voir des paysages, des lieux sacrés et trouver un sens à sa vie. Le but étant d'utiliser les propriétés purificatrices de la marche pour se sortir de son quotidien et avoir une autre perspective sur son existence.

Souvent entrepris en période de remise en question, cette aventure met l'accent sur l'activité de la marche en tant que moyen de se vider l'esprit des pensées nocives. Pour cette raison, dans un pèlerinage, on essaie de limiter l'aspect logistique le plus possible en arrêtant dans des gîtes ou des refuges et en étant accompagné de personnes qui prennent en charge l'aspect pratique ou en voyageant léger afin de tourner son attention le plus possible vers les sensations du corps. Les lieux de pèlerinage sont nombreux, le plus connus étant le chemin de Compostelle.

Peu importe le type de randonnée que l’on pratique, ce qui est évident, c'est que plus on part longtemps, plus on s'éloigne des centres urbains, plus il faut avoir des connaissances de base et de l'équipement supplémentaire, ce qui nous poussent à prendre de plus en plus de risques.

Pour cette raison, il est courant de confondre randonnée (hiking) et excursion (trekking).

L'excursion ou le voyage-randonnée communément appelé trekking

"Trek" est un mot afrikaans dérivé du néerlandais qui signifie « migration ». Les Trekboers, étaient des  « paysans voyageurs », semi-nomades qui, du XVIIe siècle jusqu'au début du XXe siècle, parcouraient l'Afrique du Sud vers le nord et l'Est pour échapper au gouvernement autocratique de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Les premiers d'entre eux choisirent de vivre d'une économie de subsistance pour être indépendants de l'administration du Cap.

Aujourd'hui, le terme a une plus large signification. On peut d'abord considérer le trek comme une randonnée pédestre de longue durée (minimum deux jours) qui astreint le randonneur à un effort significatif.

On établit cette difficulté en fonction de plusieurs critères comme : la durée, les conditions météo ou la présence de passages techniques et dangereux.

C'est le côté exigeant, lié à l’objectif du dépassement de soi qui distingue le trek de la randonnée. En trek, tu veux dominer les éléments, tu es prêt à prendre certains risques pour acquérir des connaissances techniques et toujours agrandir ta zone de confort.

De plus, le trekking englobe une partie orientation-exploration qui implique que l'on dispose d'instruments de navigation (carte-boussole-GPS) et que l'on sorte parfois des sentiers balisés.

Concrètement, un trek implique une certaine autonomie et l'exploration d'un territoire sauvage ou peu fréquenté. C’est aussi une façon de plus en plus rependue de voyager qui soutient des valeurs environnementales, de coopération et d'ouverture sur le monde.

Beaucoup de pays ou les conditions de vie sont difficiles dépendent du tourisme liés au trekking pour la subsistance d’une partie de leur population. Pour les touristes privilégiés, le trekking est une occasion de vivre de manière plus spontanée, plus authentique et respectueuse de l’environnement et des populations défavorisées, tout ça en marge des attractions touristiques populaires.

L’équipement du trekkeur

Comme on vise l'autonomie quand on part en trek, l'équipement est habituellement plus élaboré que pour la randonnée. Il contient, entre autres, du matériel pour établir un campement (tente, matelas de sol, sac de couchage), pour préparer de la nourriture (réchaud, casserole, ustensiles), une trousse de survie, une balise et bien entendu un sac plus volumineux qui contient une armature.

Des connaissances techniques essentielles

Une dimension importante de la mentalité derrière le trekking est la possibilité de faire face aux éléments de la nature quoi que soient les conditions atmosphériques. La planification est donc un aspect important du monde du trekking.

Même si le but est de se fondre dans la nature et de vivre le moment présent, il est important d'avoir certaines connaissances techniques ou l'expérience nécessaire pour partir plusieurs jours en nature dans des conditions hostiles, surtout quand on se trouve en pays étranger.

Différents types de trek

Il existe plusieurs types de treks qui varient en fonction de différents facteurs comme, la durée, l'altitude, le poids du sac, le degré d'autonomie, la condition physique du participant, le dénivelé et les étapes où il est possible d'établir un campement.

On considère le trek en altitude comme réservé aux grands sportifs. Tu dois habituellement transporter toi-même tes bagages et assurer l'ascension par tes propres moyens. Les itinéraires sont plus difficilement modifiables, car tu planifies habituellement tes étapes en fonction de la possibilité de te ravitailler en nourriture et en eau et de la météo très variable en altitude.

Gérer la notion de risque

En raison des facteurs de risques accrus, on conseille aux débutants de partir en groupe, idéalement avec un guide ou une personne expérimentée. En raison de la popularité grandissante du trekking, de plus en plus d'agences se spécialisent dans ce genre de voyages.

Bien que ce soit plus cher de passer par une agence que de planifier son voyage, cela peut constituer une première immersion moins stressante pour le néophyte. On planifie les repas et le gîte pour toi en plus du transport d'une partie de tes bagages.

Il existe plusieurs niveaux de difficultés dans le monde des treks accompagnés et on peut choisir un forfait en fonction de notre condition physique ou de notre envie du moment. On peut donc forcer l'allure et être plus indépendants ou y aller plus tranquillement en suivant le groupe. Les troupes de trekkeurs comptent habituellement entre 5 et 15 personnes.

Les formules plus grand public permettent de faire des connaissances nouvelles et de bâtir des liens durables avec des personnes de milieux, d'âges et de groupes sociaux différents. Les guides et les populations locales sont aussi plus authentiques avec ce genre de touristes ce qui te permettra d’en apprendre davantage sur les gens du pays que tu visites.

Dans des conditions plus extrêmes, il est préférable de réduire la taille du groupe. Les liens entre les individus sont aussi plus intenses, la proximité plus grande, il est donc préférable de partir avec des personnes dont on connait les habitudes de voyages.

Voici quelques treks parmi les plus populaires :

  1. Cordillère Huayhuash, Pérou. ...
  2. Camp de base de l'Everest par Gokyo, Népal. ...
  3. Laugavegur / Landmannalaugar, Islande. ...
  4. Cirques de La Réunion. ...
  5. Tongariro Alpine Crossing, Nouvelle-Zélande. ...
  6. Tour des Annapurnas, Népal. ...
  7. Ascension du Huayna Potosí, Bolivie. ...
  8. GR20, Corse.

Les bienfaits sur le corps

Les bienfaits qu’apportent la pratique du hiking et du trekking sont similaires. Les deux activités améliorent à peu près tous les systèmes de l’organisme. Ce sont d’ailleurs deux activités qui, pratiquées régulièrement, sont complètes en soit pour apporter santé et vitalité à tout l’organisme.

L’air frais en nature combiné à l’activité physique permet d’améliorer les performances des systèmes respiratoires et musculaires tant en hiking qu’en trekking. La différence vient du fait qu’en trekking on est plus souvent confronté à la rareté de l’air en altitude, ce qui améliore encore plus les capacités du système respiratoire et la circulation sanguine. Le poids supplémentaire à charger contribue aussi à renforcer le dos, les os et les articulations.

Comment mieux cibler mes recherches sur le hiking et le trekking sur le web ?

Google utilise des logarithmes qui priorisent la langue d'origine du mot utilisé pour les résultats affichés. Si tu tapes un mot anglais, les principaux résultats te dirigeront vers des sites anglophones. Le mot randonnée est assez répandu sur le web. Il correspond grosso modo au mot hiking en anglais. Ces termes s'équivalent, et leur correspondance dans une recherche Google en termes de contenu sont similaires.

Toutefois, si on tape le terme voyage-randonnée, excursion ou expédition, on ne trouve pas autant de contenu correspondant au terme anglais équivalent trekking. Trekking est très utilisé dans les sites francophones, il te donnera plus de résultats concluants que les équivalents français.

Est-ce si grave que tu mélanges encore hiking et trekking, randonnée et excursion ?

Après tout, une activité mène à l’autre et les deux se complètent parfaitement. On randonne souvent pour se préparer à une l’expérience plus intense qu’est le trek, qui elle va nous amener à nous dépasser.

Le randonneur et le trekkeur sont la même personne. Après tout, il existe des randonneurs téméraires et des trekkeurs timides, tout est une question de perception et d’intention.

Hiking ou trekking, après l’important et de t’amuser !

Sources:

http://www.guidedehautemontagne.fr/

https://fr.wikipedia.org/

https://www.espaces.ca/

https://camdewoods.com/

https://www.ridestore.com/

https://www.cimalp.fr/

https://www.pc.gc.ca/