Survivre à une chute à travers la glace en 7 étapes

il y a 8 mois

Briser la glace de sa peur : survivre à une chute dans une masse  d’eau glacée en 7 étapes

Traverser un lac gelé dont on n’est pas certain de la solidité de la glace n’est jamais une bonne idée.

Mais bon, je comprends qu’être poursuivis par une bande de loups affamés, est une situation particulière susceptible d’embrouiller ton jugement !

Si j’utilise cette image, c’est pour te mettre en garde. Ça peut arriver à tout le monde ! La vie en nature étant parfois imprévisible, il est important de parler des choses que même le plus aguerrit des amateurs de plein air ne peut, malgré son extrême vigilance, pas contrôler.

Si jamais la glace venait à se briser sous tes pieds, il existe une série de petits gestes simples que tu peux poser pour te sortir de cette impasse.  J’ai envie te les partager tout simplement parce que ta vie est trop précieuse pour la laisser sombrer au hasard de l’ignorance.

1.      Deviens conscient du risque

Parce que je crois avant tout en la prévention,  tu dois d’abord savoir que pour t’aventurer sur une étendue d’eau gelée, la glace doit au moins avoir 7 cm d’épaisseur. Bon,  ce n’est pas évident à évaluer sans creuser un trou et très peu d’amateur de plein air considèrent le vilebrequin comme un outil nécessaire à sa survie. C’est pour ça qu’il faut te fier à d’autres critères pour évaluer la situation.

Ça prend quelques nuits de gel en dessus de – 20 degrés pour former une bonne épaisseur de glace. Plus un lac est grand et profond, plus la glace mettra de temps à se former.

Habituellement, l’eau gèle d’abord à partir de la berge, ce qui peut être trompeur, car l’épaisseur de la glace peut varier en fonction des caractéristiques du lac que tu t’apprêtes à traverser. S’il y a des courants par exemple, l’eau ne gèlera pas aussi rapidement que si elle est stagnante.

Si tu te poses des questions sur les rivières et les ruisseaux autant te le dire tout de suite, tu ne t’y risques à aucun prix. Si tu dois traverser un cours d’eau d’urgence, bâtir un pont est ta meilleure chance de traverser sans te mettre en danger.  En raison du mouvement, la couche de glace est trop imprévisible pour t’y aventurer en toute sécurité.

La neige peut aussi influencer ton jugement. Si l’épaisseur est suffisante, elle absorbera une partie de ton poids en le répartissant. Même chose si tu as des raquettes ou des skis. Le risque est moindre car ton poids est distribué sur une plus grande surface, ce qui diminue la pression sur la glace. Plus une pression est concentrée en un point, plus cette pression est grande. Mais ne n’est parce que tu aies des raquettes aux pieds que tu ne dois pas être prudent !

Si tu entends la glace craquer, le premier réflexe que tu devrais avoir c’est de te coucher au sol. C’est l’action la plus simple à faire pour diviser ton poids.

Précautions supplémentaires : ne t’aventure jamais sur une masse d’eau que tu ne connais pas quand tu es seul. Traine toujours dans ton sac à dos des vêtements de rechange, une couverture thermique, une corde et des instruments pour allumer un feu.

Si tu as à te déplacer en groupe sur une surface gelée, gardez une bonne distance entre vous afin de mieux répartir votre poids sur la glace.

Bref,  plus tu es prudent, moins tu risques de te retrouver dans l’eau « chaude ».

2.      Dès que ça craque, étends les bras

Mais voilà, malgré toute la vigilance dont tu as fait preuve, tu sens la glace céder sous tes pieds. L’action peut être précédée d’un craquement, mais ça peut aussi arriver subitement.

C’est le moment de laisser tomber tes appréhensions envers la religion et faire comme Jésus sur la croix. En étendant les bras, tu pourras garder le haut de ton corps hors de l’eau et ainsi garder un appui minimum.

Si tu ne te sens pas trop à l’aise d’imiter le fils de Dieu, tu peux aussi utiliser tes bâtons de marche en les tenant à l’horizontal, ça va faire la job.

Si tu as la présence d’esprit et l’espace pour le faire, débarrasse-toi de ton paquetage ou de ton manteau de neige. Tous les textiles qui peuvent se gorger d’eau s’ajouteront à ton poids pour te compliquer la vie.

3.      Garde ton calme

Facile à dire, mais c’est vraiment la clé dans toute situation d’urgence. Bon là tu vas me dire que c’est facile de garder la tête froide quand tu es immergé dans l’eau glacée…et je te répondrai que tu risques plutôt de vivre un choc traumatique provoqué par le contraste entre la chaleur de ton corps et la température de l’eau qui sera autour du point de congélation.

Ce qui se passe en dedans de toi, c’est que ton corps met tout en œuvre pour augmenter ses chances de survie. Tu sentiras ton cœur battre la mesure du combat, ta respiration s’harmonisera au rythme d’une mitrailleuse, ta peau et tes vaisseaux sanguins se contracteront comme un raisin sec au soleil, bref pas vraiment comme une séance de relaxation.

Pour ne pas céder à la panique, prend le temps de respirer. C’est important, car pour éviter de gaspiller l’énergie nécessaire à ton corps pour retrouver sa température normale quand tu sortiras de l’eau, il faut que tu puisses éviter de te débattre et de faire des mouvements qui vont t’épuiser et briser tes derniers appuis.

Tu verras qu’une fois que ton esprit est calme,  ton corps commence déjà à s’adapter à la nouvelle situation (ce choc peut durer jusqu’à 4 minutes). Une fois en maitrise, tu  pourras alors orienter tes mouvements de façon consciente pour te sortir de cette situation en quelques secondes.

Un corps normalement constitué peut être immergé dans une eau à 5 degrés environ 15 minutes avant de tomber en hypothermie. Si tu agis efficacement, tu auras amplement de temps pour t’en sortir avant que la situation ne devienne critique.

Présentement, le seul véritable danger est la noyade, et tes chances de te noyer augmentent si tu tombes en mode panique.

4.      Se pencher vers l’avant

À ce moment critique où ton corps est immergé dans l’eau, éviter de te débattre préservera les appuis qu’il reste autour de toi. Le premier réflexe des gens est de prendre appui sur les mains pour tenter de s’extirper à la verticale, position dans laquelle ton corps est le plus lourd.

Au contraire, l’efficacité de ta manœuvre dépend de ta capacité à faire basculer le haut de ton corps vers l’avant en utilisant en appui, la plus large surface possible. Tu peux y arriver en mettant tes coudes de façon perpendiculaire à ton corps, en les éloignant le plus possible vers l’extérieur. Les militaires se servent de cette technique pour ramper.

Si un objet est à ta portée, tu peux tenter de t’y agripper, l’important est de ne pas agrandir le trou en exerçant une pression vers le bas. Si tu sens le trou s’agrandir, ton réflexe devra être d’aller vers l’avant en utilisant tes jambes.

5.      Faire remonter tes jambes vers la surface

Il est important que tu comprennes que c’est davantage l’action de tes pieds que celle de tes mains qui te sera utile pour t’extirper de l’eau.

Comme tu le fais pour nager, le fait de balloter les pieds te permettra de « flotter » et d’ainsi parvenir placer ton corps à l'horizontale plus facilement. Comme tu combines les battements de pieds avec les mouvements du haut de ton corps, tu arriveras tranquillement à te hisser sur la glace.

6.      Rampe pour te sauver du danger

C’est ton moment d’humilité ! Il faut vraiment que tu rampes comme un phoque sur la banquise,  idéalement en direction de l’endroit d’où tu viens. Comme tu ne connais pas l’état de la glace dans les autres directions et que tu sais que la glace t’avait supporté jusqu’à ce qu’elle cède, tu as de meilleures chances de t’éloigner de la zone fragile en retournant d’où tu viens.

Une fois hors de l’eau, il ne faut surtout pas rester sur place, ni te relever debout. Il faut continuer de ramper jusqu’à la terre ferme.

7.      S’activer sans se mettre dans le trouble

Une fois arrivé sur la terre ferme,  ce n’est pas encore le moment de crier victoire, car tu n’es pas encore tiré d’affaire. C’est là que la véritable course contre la montre commence, car il est impératif que tu trouves une façon de te réchauffer avant de tomber en hypothermie. Demande de l’aide !

Si quelqu’un peut te prêter des vêtements chauds, c’est le moment d’enlever tes vêtements mouillés. Si tu n’as pas la possibilité de te changer, enlève tout de même tes vêtements afin d’en retirer le plus d’eau possible avant de les remettre.

Pense à trouver un abri,  à la possibilité de faire un feu et de te mettre en mouvement pour activer la circulation dans tout ton corps.

Mais attention !

Ne commence pas à courir le marathon ou à gravir une montagne, on parle d’une activité modérée qui ne va pas t’épuiser.

S’activer trop subitement après avoir été immergé plusieurs minutes dans l’eau glacée peut même accélérer l’hypothermie.

Il arrive parfois que les changements drastiques de température entrainent une chute de pression rapide, c’est le seul cas où on recommande de rester couché.

Si tu te sens trop faible pour bouger, essaie de te réchauffer autrement.

Si tu as la possibilité de boire une boisson chaude et de manger des aliments à forte teneur en sucre, c’est le moment de te gâter.

Mais surtout évite de prendre de l’alcool, de frotter ou de masser tes membres.

Se brûler les doigts en tentant de jouer au héros

Si tu es un témoin d’une scène où quelqu’un d’autre tombe à l’eau près de toi, surtout ne tente pas de jouer les héros. Souviens-toi de la consigne que l’on donne dans l’avion en cas d’accident : Mets ton masque à oxygène avant de penser à aider ton voisin.

Dans notre situation,  cette mesure préventive pourrait se traduire ainsi : Assure-toi que tu es hors de danger avant de tenter toute autre manœuvre de secours. La pire chose  qui peut arriver est que deux personnes se retrouvent à l’eau sans que l’une puisse avoir tous ses esprits (et des vêtements secs !) pour aider l’autre.

Couche-toi au sol pour éviter de subir le même sort et essaie de voir si tu peux trouver un objet auquel la victime peut s’accrocher. Essaie de calmer la victime avec ta voix en lui disant avec assurance ce que tu viens d’apprendre. Rappelle-lui de respirer et guide-là dans chacune des étapes. Si tu as du réseau, contacte les services d’urgence dans les meilleurs délais.

Voici quelques signes et symptômes de l’hypothermie :

Les signes les plus courants qui indiquent que la température de ton corps tombe rapidement sont : frissons; fatigue subite, respiration accélérée, blanchiment et refroidissement de la peau.

Si la température corporelle diminue, les tremblements vont s’accentuer de façon intense. Il est possible à ce moment que la personne atteinte d’hypothermie aie des délires, éprouve de la confusion ou de la difficulté à parler ou à coordonner ses mouvements. Dans les cas les plus graves, les pupilles vont se dilater et il peut même y avoir une perte de conscience ou un arrêt respiratoire.

Chez les enfants

En raison de la grande force vitale qui les habite, les signes de l’hypothermie sont beaucoup plus subtils chez les enfants. Ceux-ci peuvent être en hypothermie sans que leur état général ne le démontre. Certains signes peuvent tout de même te mettre sur la piste : en hypothermie l'enfant est peu actif, silencieux et calme. Il a la peau froide et pâle et refuse généralement de s'alimenter.

Bref, pour aider une personne qui vient d'être immergée dans l'eau froide, il est important que tu restes à l'affût du moindre signe et tu agisses de façon préventive et trouvant des façons de l'aider à retrouver sa température corporelle normale.

Conclusion

En situation d’urgence, la survie dépend souvent de notre attitude. La couche de glace est mince entre ignorance et arrogance, n’en tient qu’à nous de partager nos connaissances afin d’épaissir le  savoir humain.

La nature peut parfois se montrer impitoyable. Mais quand on y regarde de près, on s’aperçoit qu’avec une approche préventive et des connaissances de base, on peut aborder les défis qu’elle nous offre avec plus de confiance et de sérénité.

Sources :

http://plus.lapresse.ca/screens/acaa4c0b-51bb-40dd-b05f-9dbe112c183c__7C___0.html

https://www.secourisme.net/spip.php?article590

https://www.francetvinfo.fr/meteo/trois-choses-a-savoir-avant-de-s-aventurer-sur-un-lac-gele_821073.html

http://impactcampus.ca/sciences-et-technologies/combien-de-temps-peut-on-survivre-en-hypothermie_/

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1009475/epaisseur-glace-securite-minimum-hive

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=hypothermie_pm