L’urgence en forêt; comment survivre aux blessures les plus communes en randonnée

Sunday, February 24, 2019
0 Commentaires


Partir en randonnée, c’est s’éloigner des services et de tous ce qui nous rend la vie facile. Bien trop souvent, tu tiens ta santé et ta sécurité pour acquises et c’est quand ça va mal que tu réalises l’importance d’être bien préparé quand tu pars avec ton sac à dos.

Penses-y, c’est pas quand tu vas te retrouver les quatre fers en l’air dans le fond d’un ravin que ce sera le moment de commencer à la manière de survivre. Et petit rappel en passant, ton cel n’a pas encore d’appli pour te sortir de ce genre de situation.

En randonnée, la plus petite blessure peut faire la différence entre la vie et la mort et quand tu pars dans le bois, c’est simple, la meilleure façon d’apprécier ton expérience sans avoir à angoisser c’est de savoir quoi faire quand t’arrive un pépin.

Et la meilleure préparation vient avec la pratique.

Mais bonne nouvelle, je peux te partager mon humble expérience, mais aussi tout ce que j’ai appris au court des rencontres et des recherches que j’ai effectuées sur la question.

Je t’ai préparé un petit texte sur les blessures les plus susceptibles de survenir en randonnée et la meilleure façon de les prévenir ou d'en prendre soin.

Je te mets en garde, le but de ce texte n’est pas de faire de toi un secouriste ou un médecin. Mais tu y trouveras des principes de bases qui vont te permettre d’être moins pris au dépourvu s’il t’arrive un accident. Je t’encourage à faire tes recherches pour en savoir davantage.

Avant de partir

Une trousse de premier soin est une composante indispensable de tout randonneur averti. À la fin de ce texte, tu trouveras une liste des éléments essentiels qui doivent la composer. Confectionne la tienne qui t’accompagnera dans toutes des aventures.

Une fois que tu auras enregistré ta présence à l’accueil et que tu te seras renseigné sur la meilleure façon de signaler une situation d’urgence, tu pourras amorcer ta préparation physique.

Préparer le corps à l’effort est une des meilleures mesures qui permet d’éviter les blessures.

Fais quelques exercices d’étirement. Cible les chevilles, les genoux et le dos. L’important est de faire des mouvements en douceur avec amplitude afin de préparer les muscles, les ligaments et les os à un effort prolongé.

Si t’es un maître yoga, c’est ton moment de vérité. Impressionne tes partenaires de randonnée et incite-les à suivre le mouvement.

Si tu pars avec un sac, essaie de répartir le poids de façon efficace. En gros, les objets lourds on avantage à se situer dans le centre du sac, près du dos afin que le poids soient mieux alignés avec les hanches. Dans le bas du sac, on met des objets légers et mous, et sur le dessus du sac des objets de poids moyen ou légers.

Ajuste ton sac afin de bien répartir le poids de celui-ci sur tes hanches avec la courroie. Les épaules ne doivent pas supporter tout le poids du sac, car cela sollicite inutilement le dos. Essaie de marcher le dos droit, les épaules bien perpendiculaires au sol.

L’achat de bâtons de marche peut s’avérer une bonne solution pour prévenir les blessures. En plus de te servir d’appui, les bâtons de marche vont t’aider à être plus attentif à la composition du sol et à l’endroit où tu poses les pieds. Tu peux par exemple t’en servir pour évaluer la profondeur d’un ruisseau avant de le traverser.

Pendant la randonnée

Le mot d’ordre est vigilance. Commence en portant attention à ton environnement. Est-ce que le sol est stable ? Y'a-t-moyen de contourner cette rivière au lieu de la traverser en sautant sur la cime de rochers glissants ? Y'a-t-il moyen d'éviter les trous d'eau ou de prendre davantage de précautions pour monter ou descendre une côte particulièrement inclinée ?

Ces précautions vont te permettre de voir venir la plupart des gros obstacles et de prévenir le pire, mais en général sur les sentiers, les blessures les plus courantes, particulièrement aux articulations surviennent quand on ne porte pas attention à l’endroit où l'on pose le pied.

Oui, un ravin c'est dangereux ! Mais c'est facile à voir. C'est souvent les petits obstacles comme une racine d'arbre en travers du chemin, ou une roche instable qui constituent le plus grand risque de blessure.

Sois attentif à l'endroit où tu poses le pied à chacun de tes pas et tu diminueras beaucoup le risque de blessures graves.
Si par malheur, tu te retrouvais dans une situation hasardeuse suite à une fausse manœuvre, tu devras alors te préparer à faire face différents scénarios.

Les blessures cutanées

Comme la peau recouvre tout ton corps, c’est l’organe qui protège les autres. C’est aussi la porte d’entrée des bactéries et infections susceptibles de mener à des complications si non traitées.

Peu importe le type de blessure, il ne faut jamais prendre à la légère les signaux du corps. Une blessure peut de sembler mineure, mais engendrer des problèmes majeurs, s’ils ne sont pas pris en considération.

Les ampoules

Les ampoules constituent à coup sûr LA blessure la plus susceptible de frapper tous les types de randonneurs, même les plus expérimentés !
Il faut d’abord que tu te rappelles que les ampoules surviennent suite à la friction répétée d’un point de contact avec la peau. Sous l’agression continue de ce point de stress, le corps réagit en formant un « tampon » afin de protéger les tissus internes.

Qu’est ce qui cause les ampoules ?

Des chaussures mal adaptées sont souvent responsables de ce type de blessures. Le manque de pratique et la longueur des randonnées peuvent aussi être des facteurs qui favorisent la formation d’ampoules. Donc, plus tu as l’habitude de marcher, plus ta peau s’adapte au stress que cause cette activité sur ton corps.

Cependant, il ne faut pas négliger l’aération. Dans un soulier mal aéré, la peau humide, plus sensible, est beaucoup moins tolérante au stress que lui impose la marche. Une chaussure trop rigide ainsi des bas trop chauds, trop épais ou encore trop minces peuvent aussi constituer des facteurs qui contribuent à la formation des ampoules.

Comment prévenir les ampoules ?

Si tu ne peux te procurer des souliers et des bas dont la constitution permet d'évacuer l'humidité, un truc simple est de changer de bas à mi parcours où dès que ça commence à sentir les pieds (c't'une joke, STP attend pas que les oiseaux tombent du ciel pour changer de bas !).

Un autre truc éprouvé est de mettre du talc dans tes bas. Cette précaution n'est pas nécessairement pour l'odeur, c'est plutôt que la poudre pour bébé contribue à assécher la peau tout en diminuant l'irritation et le frottement.

Ces mesures préventives, ne seront cependant pas suffisantes dans beaucoup de cas. Les ampoules, c'est presque inévitable quand tu pars en longue randonnée, que tu n’es pas habitué ou que t’es souliers sont neufs et encore trop rigides.

Comment soigner ?

Une fois l’ampoule formée, il existe deux façons de voir la chose : soit on l’endure, soit on la perce.

Avant de la percer en lançant un rire de satisfaction aux intonations démoniaques, tu dois savoir que le liquide qu’elle contient n’est pas un poisson mortel. C’est un agent actif qui participe au processus de guérison.

En plus d’ouvrir la porte aux microbes, en crevant une ampoule, tu dois t’attendre à tripler le temps de guérison.

C’est pourquoi tu ne dois la percer que si elle est vraiment douloureuse. Et généralement, ça arrive quand elle est volumineuse et à la surface de la peau.

Je sais, rien n’est plus suggestif que la douleur. Pour certaines personnes, une piqure de moustique équivaut à une amputation.

Pour t’aider à prendre une décision éclairée, je te poserais cette simple question : Est-ce que tu dois modifier ta démarche naturelle pour diminuer la douleur ?

Il faut que tu mettes moins de poids sur une jambe ou que tu dois incliner le pied pour ne pas lancer un cri de douleur qui ferait rougir Tarzan, tu risques t’entrainer des blessures plus graves à d’autres endroits du corps.

Sur une longue distance, cela peut se traduire par des douleurs articulaires aux chevilles, aux genoux et au dos.

Si après avoir évalué la question, tu décides de crever ton ampoule, utilise une aiguille stérilisée et recouvre là d’un pansement après l’avoir désinfectée. Du polysporin, c'est facile à transporter et c'est efficace.

Autant que possible, évite d'arracher la peau morte, ça va guérir plus vite.

Après ta journée de randonnée, laisse ton pied à l’air libre afin d'assécher la peau le plus possible avant de désinfecter et remettre un pansement.

Les éraflures, les coupures, les brûlures et autres

Outre les ampoules, les coupures, les éraflures et les brûlures, les blessures les plus communes en randonnée sont les piqures et les coups de soleil. Ces dernières ne constituent pas des préoccupations majeures, surtout si on prend la peine de les prévenir.

La protection la plus efficace

Il n’y a pas trente-six façons de protéger ta peau.

Porte des pantalons et un chandail à manches longues qui aident à minimiser le risque d’éraflures ou de coupures sur des parois rocheuses. Tu passeras aussi plus inaperçu aux yeux des moustiques qui ne te verront pas comme un buffet ambulant.

Ah oui , de la crème solaire ça ne peut pas nuire non plus. Sois juste certain de l’appliquer au moins 20 minutes avant le chasse-moustiques, question que le produit ait le temps de pénétrer la peau.

Si tu crois avoir trop chaud avec des vêtements longs, sache que certains tissus respirent mieux que d’autres. C’est la composition du tissu qui fait en sorte que tu as chaud, plus que la longueur du vêtement.

Comment soigner ?

La plupart des blessures à la peau susceptibles de survenir en randonnée sont superficielles et se soignent plus ou moins de la même façon.
Avant toutes manipulations, enfile des gants d’examen. Surtout en forêt, les infections peuvent survenir de plusieurs sources et souvent, on ne prend pas toujours garde où on met les mains quand on est dans le bois.

Ensuite, nettoie la peau à l'eau en employant un savon doux ou des lingettes désinfectantes humides. Assèche avec un linge propre, puis désinfecte la plaie avec un antiseptique. Le polysporin est un passe partout, mais si tu peux te procurer de la Chlorhexidine, c'est encore mieux.
Finalement, protège la zone endommagée avec un pansement hydro colloïde, qui agira comme une barrière contre les agents extérieurs tout en préservant un taux d'humidité idéal pour accélérer la cicatrisation.

Note qu'en cas de brûlure, il est préférable d'utiliser du polysporin et de ne pas mettre de pansement sur la zone touchée, à moins qu’elle se trouve à un endroit du corps où il y a risque de frottement.

Pour les piqures d’insectes, seul conseil que je peux te donner, évite surtout de te gratter, ça augmentent les risques d’infection et rallonge le temps de guérison.

Les coupures sérieuses

Les coupures profondes sont plutôt rares en randonnée, mais elles constituent toute de même un risque potentiel compte tenu du fait que l’on doit à l’occasion manipuler un objet coupant, comme un couteau ou une hache.

En tout premier lieu, l’important est d’arrêter le saignement en recouvrant la plaie et en exerçant une légère pression sur la blessure. Comme pour les autres types de blessures, on nettoie, on désinfecte et on applique un pansement par la suite

Si on a du mal à arrêter le saignement, on pourra soulever le membre au dessus du cœur pour ralentir l’afflux sanguin vers cette partie du corps.

Si le saignement est trop abondant pour qu’on puisse le ralentir avec cette technique, on peut faire un garrot à l’aide d’une corde ou d’un morceau de vêtement. On doit nouer le membre entre la plaie et le cœur pour diminuer l’affut sanguin.

Pour les coupures survenant ailleurs que sur les membres, il faut trouver une façon de diminuer le saignement en appliquant une pression continue sur la région touchée.

En cas de coupure sérieuse qui occasionne un saignement abondant, il est important que tu ne retires pas ce qui sert à colmater la plaie, car le sang est en train de se coaguler. Si tu as pensé à appliquer un pansement ou un linge propre sur la plaie tant mieux, sinon oublie l’étape du désinfectant, l’important est de trouver des secours et vite !
Surtout évite de bouger la victime cela pourrait accélérer le saignement.

Les entorses et les fractures

Les blessures plus limitantes comme les foulures (luxation), les contusions ou les fractures ne sont pas si rares en randonnée. Elles surviennent surtout quand on est surpris par un obstacle ou que notre corps est mal préparé à l’effort.

Les entorses

L’entorse résulte d’une hypertension subite de l’articulation. Les plus communes pendant la marche en forêt surviennent aux chevilles, aux genoux ou encore aux poignets (le premier réflexe quand on perd l’équilibre est de se protéger avec les mains).

L’entorse est souvent accompagnée d’une enflure (œdème) ou d’un hématome (bleu). La première mesure à prendre est d’essayer de limiter l’enflure en appliquant de la glace, ou une compresse thermique.

Une fois le froid appliqué, tu peux bander la cheville. Les pansements élastiques sont les plus efficaces dans ce cas, car ils exercent une certaine pression sur la blessure, ce qui limite l’enflure. C’est important que ça soit assez serré, mais pas au poids de couper la circulation sanguine.

Le mouvement sur une courte période favorise la guérison d’une entorse, tu peux donc essayer de marcher dessus si la douleur te semble supportable.

C’est une toute autre chose si tu te trouves à plusieurs kilomètres de ton point de retour et que tu doives marcher plusieurs heures. Dans ce cas, vaut mieux demander de l’aide pour te transporter ou trouver un appui pour diminuer la charge sur l’articulation.

De plus, ce type de blessure peut aussi en cacher une plus grave, comme une déchirure ligamentaire ou une fracture. Il faut donc agir avec la plus grande prudence et éviter tout mouvement brusque ou prolongé avant de se faire examiner par un médecin.

La radiographie est parfois le seul moyen de s’assurer que la blessure ne cache aucune fracture.

Les fractures

Une fracture résulte de l’éclatement d’un os par une tension ou une torsion excessive. Elle a tendance à être aggravée par le mouvement. Si pendant la marche la douleur s’intensifie, c’est un signe qu’il s’agit d’une fracture.

Il existe aussi d’autres signes visibles comme la déformation de l’os, la formation d’hématome (bleu) ou d’eodème (bosse) qui peuvent te renseigner sur le fait que tu es en présence d’une fracture, mais c’est si souvent similaires aux entorses, que rien ne peut te garantir qu’il n’y pas de fractures.

En cas de doute, il est préférable d’immobiliser la zone sensible et d’éviter de la solliciter.

Pour immobiliser un membre supérieur, (poignet, bras), on peut utiliser bandage triangulaire ou un morceau de tissu qu’on passe derrière le cou et qui va venir supporter le bras pour qu’il reste à 90 degrés.

S’il s’agit d’une blessure à la jambe (cheville, jambes, genoux), on peut essayer de faire une attèle.
La technique est simple. Tu enroules tes bâtons de marche aux deux extrémités d’une couverture jusqu'à; ce que les deux rouleaux encadrent le membre. Il suffit ensuite d’attacher le tout avec des bandages ou de la corde.

Peu importe le type de blessure, il est préférable qu’une personne blessée reste immobile, tant eu aussi longtemps que tu n’es pas certain que le mouvement ne peut aggraver son état.

C’est pour cette raison qu’il est indiqué de ne jamais randonner seul. Si par malchance un accident survient, on peut compter sur la personne valide pour contacter les secours.
Et dans le bois, c’est loin d’être certain que tu puisses te servir de ton cellulaire
Tu peux essayer d’attirer l’attention des autres randonneurs en criant à l’aide, mais c’est tellement plus simple d’utiliser un sifflet.
Si tu dois laisser seul la victime pour aller chercher de l’aide, il est alors important de t’assurer que celle-ci est en sécurité, qu’elle attend à proximité d’un sentier, et qu’elle a une couverture et de l’eau.

Déshydratation

Parmi tous les risques de problèmes physiques que peut rencontrer un randonneur sur son parcours, la déshydratation est sans aucun doute le problème de santé le plus sous-estimé et le plus sournois.

Non seulement parce que les symptômes sont facilement associables à la fatigue, mais surtout parce que le problème ne survient pas de façon subite. Pourtant, il s’agit d’un problème de santé qui peut en occasionné d’autres parce qu’il est directement relié à ton degré de concentration et la façon dont ton corps va gèrer l’effort.

Et quand ton esprit est ailleurs ou que ton corps ne n’arrive pas à utiliser toutes ses ressources, c’est là que tu risques de manquer de vigilance.

Ne prends donc aucune chance et préviens la carence en prenant l’habitude de boire quelques gorgée d’eau à tous les 20 minutes.

L’eau, c’est la vie. C’est le premier détail à ne pas négliger quand tu pars en randonnée.

En conclusion

Bien entendu, plein d’autres types de blessures peuvent survenir en randonnée. Mais si tu restes vigilent et prévoyant, tu seras en mesure de savoir comment réagir adéquatement dans la majorité des cas.

Si tu prévois entreprendre des randonnées plus longues ou des expéditions, assure-toi de partir en groupe avec une personne qui a des connaissances médicales professionnelles.

Si tu insistes pour vivre ton aventure en solo, aie au moins la prévoyance de prendre des cours de premiers soins et de t’équiper convenablement. Pensent aussi à te prémunir d’une assurance médicale. Je t’assure que tu ne veux pas te retrouver avec la facture d’un sauvetage en hélicoptère sur les bras !

En terminant, voici une liste d’objets qui peuvent composer une trousse de premiers soins :

  • Linguettes désinfectantes humides;
  • Tube de polysporin ou autre désinfectant;
  • Gants d’examen en nitrile;
  • Ciseaux chirurgicaux;
  • Bandages et compresses stérilisées;
  • Diachylons;
  • Bande de contention;
  • Bandages triangulaire;
  • Compresse froides instantanées;
  • Couverture de laine et/ou couverture thermique;
  • Pansements hydro colloïde;

Maintenant, il ne te reste plus qu’à sortir et profiter du grand air en toute quiétude, c’est encore le meilleur remède qui existe !

Sources:

http://www.voyagevoyage.ca/conseils/randonnee-pedestre-conseils-pro-1.1450357
https://www.randonner-malin.com/comment-soigner-une-ampoule-au-pied/
https://www.familiprix.com/fr/articles/ecran-solaire-et-chasse-moustique-comment-les-appliquer-ensemble
https://www.topsante.com/medecine/accidents/fracture
 

COMMENTAIRES ET ÉVALUATIONS

Vous devez vous connecter pour interagir avec notre communauté. Se connecter S'inscrire

Inspirez notre équipe

Notre équipe travaille dur pour vous offrir la meilleure expérience possible et le site Web parfait. Si vous avez des idées, des suggestions ou des commentaires, nous serons heureux de vous lire.