10 façons de se prémunir contre les attaques de bébittes

il y a 8 mois

Les meilleurs trucs pour combattre les bébittes en randonnée

Si t’as déjà fait de la randonnée où que tu t’es déjà retrouvé dans le bois,  tu as surement déjà ressenti la sensation désagréable de te sentir pourchassé par un escadron de moustiques, un nuage de mouches noires où le bourdonnement vorace d’une mouche à chevreuil.

Leurs attaques sournoises peuvent laisser des marques sur ta peau, mais le vrombissement incessant de leurs acrobaties aériennes autour de tes oreilles peut aussi  laisser une drôle d’impression dans ton imaginaire.

Si tu développes de l’angoisse en repassant en mémoire ta dernière randonnée, il est peut être temps que tu prennes des précautions contre les bébittes avant de ressortir en forêt.

C’est pourquoi je t’ai préparé une liste de recommandations qui pourraient de permettre de vivre plus en harmonie avec ces petits êtres pourtant essentiels à l’équilibre de ton terrain de jeux.

Tout d’abord, ça vient de où les moustiques et ça sert à quoi ?

Les moustiques, mouches noirs et autres petits insectes piqueurs sont au Québec surtout actifs au printemps quand la température est humide et fraîche (c’est pourquoi les mois plus chauds, ils ont plus actifs à l’aube et au crépuscule ou dans les endroits très ombragés).

En ce qui concerne les moustiques, il faut savoir que seules les femelles vont piquer. Cette réserve de protéines permettra à ses œufs en devenir de se nourrir le temps de se développer en larves.

C’est après cette période de gestation dans les masses d'eau qu'ils se transforment en agresseurs ailés.

C'est pour cette raison qu'ils prolifèrent principalement dans les endroits marécageux et dans les eaux stagnantes laissées par des pluies abondantes. Les crues et débordements de cours d’eau constituent des conditions parfaites à leur prolifération.

Il ne faut surtout pas oublier qu’avant d’être des insectes piqueurs, les moustiques et mouches de toutes sortes sont d’importants agents polinisateurs. Ils se nourrissent principalement du nectar des fleurs.

Ils servent aussi de nourriture à de nombreux autres insectes, oiseaux et amphibiens. Sans leur contribution, nos écosystèmes seraient tout simplement en péril !

Première mesure de prévention : la barrière physique

Fais le test si tu n’en es pas convaincu, mais les couleurs foncées ont tendance à attirer les moustiques plus que d’autres. C’est le cas plus particulièrement du bleu foncé. Si tu veux essayer de comprendre pourquoi, sache que les experts ne s’entendent pas sur la question.

Prends pas de chance et porte des vêtements de couleur claire.

Il a été démontré que la transpiration et les produits cosmétiques (parfums, gels coiffants, eau de cologne, etc) attirent les insectes piqueurs qui sont très sensibles à la présence de sucre dans l’air ( comme le nectar des fleurs).

Assure-toi donc de sentir bon, mais pas trop. Ton parfum naturel après t’être lavé à l’eau fraîche fera l’affaire.

Privilégie le port de vêtements longs et ajustés au corps. Les vêtements n'empêchent pas la bête de te piquer, mais cela leur complique un peu la tâche.

L’emploi d’une moustiquaire demeure à ce jour le répulsif le plus efficace.

On en retrouve maintenant sur des vêtements, casquettes, et sur des pièces d’équipement de camping comme des hamacs, mais aussi des transportables sous forme de tentes qui t’assurent un moment de répit peu importe où tu te trouves.

Maitriser son anxiété et sa respiration

As-tu remarqué que dans un groupe, ce sont souvent les personnes les plus anxieuses qui se font piquer le plus ?

Pour gérer l’anxiété, le corps utilise toute de sortes de stratégies, dont la respiration qui se fait plus lourde et du coup, quand on est stressé, on expulse davantage de CO2 (c’est aussi vrai pendant l’effort).

Le gaz carbonique est l’élément clé qui attirerait les moustiques. Et comme l’humain en produit sans cesse, il est presqu’impossible de s’en débarrasser !

À moins  que tu arrives à retenir ton souffle pendant tout ton parcours ! (STP, si un jour, tu fais le test, envoie-moi une vidéo de ton expérience !).

Manger des aliments alcalins

La peau dégage une odeur particulière (certaines personnes dégageraient même des phéromones qui  attireraient les moustiques) et comme l’anxiété, les insectes peuvent la détecter. Les aliments acides favorisent la transpiration et l’émission de toxines qui peuvent attirer les moustiques.

Privilégie la consommation de fruits et de légumes dans les jours qui précèdent une randonnée peut contribuer à faire de toi une cible moins invitante pour les moustiques.

Choisir le moment de la randonnée

Évite l’aube et le crépuscule, ainsi que les milieux humides. En général au Québec, les mois de mai et  juin sont les pires pour la présence de mouches noirs et moustiques. Juillet est habituellement plus propice à la présence des mouches à chevreuils.

Malheureusement, il n’y a pas grand-chose à faire pour se débarrasser de mouches à chevreuils, ces gros insectes volants sont d’infatigables chasseurs. Alors reste positif et dis-toi que si tu parviens à en tuer un, ça te fera un bon steak pour le souper !

Utilise les éléments de la nature à ton avantage

Les endroits secs, venteux et en altitude sont généralement peu favorables à prolifération des moustiques, mouches noires et autres insectes piqueurs.

Si la présence de moustiques est pour toi un irritant majeur, ne te prive pas de faire de la randonnée pour cette raison. Choisis des endroits en montagne, dans des champs ou sur le bord de la mer ou du fleuve.

Habituellement, c’est quand tu t’arrêtes d’avancer que leur présence se fait sentir le plus.

C’est à ce moment qu’on bon chasse moustiques peut s’avérer fort utile.

Les répulsifs

Cela ne fait pas disparaître les moustiques, mais au moins la plupart de ceux qui te suivront ne te piqueront pas. Ça va t'éviter de te transformer en rappe à fromage !

Peu importe celui que tu choisiras, ils ont tous un degré d’efficacité variable. Il faut les essayer pour pouvoir trouver celui qui te convient le mieux.

Ceux que je préfère sont le Muskoil. et le Watkins.

Le désavantage de ce type de répulsif est qu’il laisse habituellement une couche collante à l’odeur désagréable sur la peau.

Si l’application de ces répulsifs chimiques est pour toi encore plus désagréable que les moustiques en soi, sache qu’il existe aussi plusieurs produits naturels qui ont prouvés leur efficacité et qui sont plus adaptés au corps humain que les répulsifs chimiques.

Les plantes suivantes ont des qualités répulsives éprouvées : la citronnelle, la mélisse, le thym, le citron, basilic, lavande et l’eucalyptus.

On peut les trouver sous forme d’huiles naturelles ou de concentrés (dans les magasins d’aliments naturels) et en mélanger quelques gouttes à de l’eau qu’on peut par la suite asperger sur la peau et les vêtements.

La terre humide appliquée sur la peau et la fumée sont aussi des façons de réduire l’impact négatif des moustiques sur tes activités de plein air.

Autant régler la question des répulsifs à ultrasons tout de suite, ils ne sont pas efficaces.

Les répulsifs portables sous forme de diffuseur bruleur en plaquette ou en liquide ont une certaine efficacité, mais demande de rester au même endroit pendant un certain temps avant de faire ressentir leurs effets.

Assainir son mode de vie pour se rapprocher de la nature

Un sage amérindien me disait qu’il se faisait rarement piquer par les insectes. Selon lui, son mode de vie en harmonie avec la nature le préservait de l’attaque de ces êtres qui ont un rôle important à jouer pour l’équilibre de la planète.

Ce ne serait d’ailleurs pas un hasard qu’ils te piquent à des endroits précis, tout cela serait en lien avec le champ énergétique du corps (les points d’acuponcture). Pour la majorité d’entre nous, celui-ci serait déréglé et leur piqure contribuerait à le réaligner.

Ce même sage me confiait qu’une piqure de moustique qu’il avait reçue sur le genou lui avait paru étrangement douloureuse sur le coup, mais que le lendemain, il venait d’être soulagé d’une douleur chronique à cette articulation qui lui pourrissait la vie depuis des années !

Il s’est empressé de rendre grâce à ce moustique guérisseur qui venait de le soulager !

Cette attitude d’ouverture face aux forces de la nature m’a fait une très forte impression.

L’homme croit qu’il peut tout contrôler, mais j’ai remarqué que comme tous nos problèmes, les bébittes ont tendance à nous déranger tant que l’on se bute à les combattre.

Mon expérience me dit que tu as tout à gagner à essayer de comprendre les phénomènes de la nature afin de vivre en harmonie avec ces principes.

Après tout, les insectes piqueurs, ne sont que de petits désagréments en comparaison des immenses bienfaits que la nature peut nous procurer.

La prochaine fois que tu te feras piquer par un insecte, essaie de rester dans l’accueil. Considère cet acte comme un don que tu fais à la nature pour la remercier de toutes ces splendeurs qui te sont offertes.

Et si tu te fais piquer souvent, dis-toi que ça te permets de bénéficier d’un traitement d’acuponcture gratuit…mais aussi d’ajuster ton comportement pour vivre davantage en harmonie avec la nature.

Si la présence des moustiques t’irrite et bien réfléchit à tous ce que la présence de l’homme constitue comme irritant pour la planète…

Sources

http://alternatives.blog.lemonde.fr/2012/07/18/5-remedes-naturels-anti-moustiques-vraiment-efficaces/comment-page-5/

https://www.lapausejardin.fr/ma-maison/lutter-contre-moustiques

https://www.interiale.fr/prevention/lutter-contre-les-moustiques/

https://www.pleinevie.fr/sante/medecines-douces/conseils-pour-combattre-les-moustiques-naturellement-15010