7 meilleurs trucs pour partir un feu

il y a un mois

Tu te retrouves en forêt et tu dois partir un feu rapidement pour réchauffer le bœuf bourguignon que ta blonde a mis 12 heures à préparer ?

Je comprends, c’est un cas d’urgence nationale.

Si les moyens de partir un feu en forêt sont forts nombreux, certains sont plus efficaces et sécuritaires que d’autres. Certes, la chose a intérêt à être planifiée et pratiquée avant ton départ. Mais il arrive aussi que tu sois pris au dépourvu.

Chose certaine, plus tu connais de techniques pour partir un feu et moins tu risques devoir dormir dans le char parce que t’es pas parvenu à assumer ton devoir d’homme des bois.

Dans le texte qui suit, j’ai choisis sur le volet 7 trucs qui t’aideront à augmenter tes chances de survie en forêt.

Pour faire jaillir la première étincelle

La plupart d’entre nous connaissons instinctivement les principes qui permettent d’allumer un feu. Le plus essentiel d’entre tous est la source de chaleur initiale qui permet de partir le feu. Il existe plusieurs façons de faire jaillir cette étincelle originelle. Et non,  frotter deux pierres ensemble ne constituent pas un truc très efficace.

1.       L’allume-feu ou le briquet

Le plus simple et le plus efficace des moyens modernes pour produire une flamme est l’allume feu ou le briquet. Combinant l’action d’une pierre et d’un carburant, il suffit d’une pression du doigt pour voir une jaillir une flamme qui perdurera tant et aussi longtemps que l’on maintiendra la pression du bouton d’allumage (en présumant qu’il y est de l’oxygène dans l’air où tu te trouves et qu’il y a du carburant dans le réservoir).

Facile à transporter et à utiliser, c’est possiblement les outils les plus pratiques pour partir un feu.

Toutefois,  ils peuvent tous deux devenir moins efficaces s’ils sont trempés, soumis à l’humidité ou que l’on manque de carburant. Le système d’allumage peut aussi faire défaut si la pierre ou le système piézoélectrique  est endommagé.

Dans le cas d’un briquet qui a été mouillé,  on peut palier à la situation en faisant rouler la pierre d’allumage (comme une brouette) sur un tissu afin qu’elle s’assèche.

La pierre d’un briquet vide d’essence peut aussi servir pour partir un feu si on la roule au-dessus d’un morceau de papier afin de récupérer les dépôts de magnésium qui prennent feu si on les mets en contact avec les étincelles produites par la pierre.

On peut aussi se servir du combustible à l’intérieur d’un briquet ou d’un allume-feu dont le système d’allumage fait défaut.

Pour éviter les mauvaises surprises,  choisis un modèle dont le réservoir est transparent pour constater facilement l’importance de tes réserves ou choisit un modèle rechargeable que tu pourras remplir avant de partir en expédition.

2.       Les allumettes « magiques »

Les allumettes constituent à coup sûr l’outil d’ignition le plus connu et le plus facile à transporter. Elles doivent toutefois être préservées des éléments pour rester efficaces. Les sacs plastiques (avec fermetures étanches), les petits contenants à pilules, les contenants de pellicules photos, les œufs Kinder sont autant de bonnes façons de les ranger pour conserver leur imperméabilité.

On peut aussi les rendre imperméables en trempant leur tête dans la paraffine, la cire liquide, ou en enduisant les embouts de verni à ongles.

Mais encore mieux, il existe des allumettes étanches qui demeurent efficaces même si elles sont trempées  directement dans l’eau. De plus, elles restent allumées environ 25 secondes qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige. Si leur coût s’approche de 1 $ l’allumette, il est difficile de trouver plus efficace pour celui qui repousse toujours ses limites. De la compagnie Uco elles sont disponibles dans la plupart des boutiques plein air.

3.       Utiliser une pierre à feu

Certaines pierres quand elles sont frottées ou grattées produisent de fortes étincelles qui peuvent servir à allumer un feu.

Tu peux les acheter avec un grattoir intégré, ou encore l’utiliser avec n’importe quel objet métallique dont le rebord est assez fin (comme la lame d’un couteau).

La façon de l’utiliser est assez simple. Il suffit de placer la pierre sur le sol, directement au-dessus l’amadou (combustible léger qui prend facilement feu) et de lui donner un angle d’environ 45 degrés. On exerce ensuite  une pression sur la lame avec le grattoir ou l’objet métallique jusqu’à l’apparition d’étincelles.

Le même effet peut aussi être obtenu avec certaines limes qui produisent des étincelles quand elles sont frottées contre la pierre.

4.       Une pile carrée et une laine d’acier

Tu as l’habitude de trainer des piles de rechange pour alimenter tes appareils d’éclairages et une laine d’acier pour nettoyer tes chaudrons ?

Difficile à croire, mais l’arc électrique produit par le contact des deux pôles d’une pile 9 volts aux fibres d’acier est assez puissant pour la mettre à feu. Il ne te suffit plus qu’à souffler sur la flamme et placer sur de l’amadou pour démarrer ton feu.

5.       Une bande d’aluminium et une pile conventionnelle

Un peu sur le même principe que la laine d’acier et la pile 9 volts, on peut profiter de l’arc électrique produit par une pile électrique dont on a relié les deux pôles à l’aide d’une bande d’aluminium.

L’emballage de certains chewing-gums ou de chocolat  en aluminium peut aussi être utilisé pour créer cette bougie d’allumage artisanale.

Il suffit de mettre en contact l’arc électrique avec un carburant et de souffler pour que l’ensemble prenne feu.

6.       La friction manuelle

Technique qui demande plus de patience pour en maîtriser les rudiments, mais qui peut s’avérer fort utile quand on est pris au dépourvu, la friction manuelle est un procédé qui vise à produire de la braise par friction du bois.

La méthode la plus efficace consiste à utiliser une branche droite ou un morceau de bois que l’on taille du diamètre s’approchant d’un doigt et de le frotter sur un morceau de bois plat d’environ 1,5 cm d’épaisseur. Si l’expérience t’allume, voici dans l’ordre les principales étapes à suivre :

Étape 1 : bien enlever l’écorce sur la branche et tailler une branche plus grosse jusqu’à obtenir une planchette d’environ 1,5 cm d’épaisseur pour une surface de 4 cm par 10 cm (approximativement).

Étape 2 : à l’aide de la pointe d’un couteau, faire une encoche de forme circulaire (ou un pré-trou) sur la planchette à environ 2 cm du bord (au milieu). Ce trou doit avoir approximativement le même diamètre que ta branche, il sert de guide.

Étape 3 :  placer la planchette au sol et la stabiliser à l’aide d’un pied (oui tu dois t’agenouiller). Placer une extrémité de la branche sur le pré-trou et mettre les paumes une contre l’autre (avec la branche au milieu) et faire tourner la branche entre tes mains en t’assurant qu’elle reste bien dans le pré-trou de la planchette.

Une fois le trou sur la planchette agrandit, utilise ton couteau pout faire une encoche de forme triangulaire qui part des bords de la planchette au centre du trou (une largeur de 1cm est suffisante). Cette encoche sert à récupérer les braises.

Étape 4 : Placer une feuille sèche ou de l’amadou sous l’encoche et reprend l’étape 3 en exécutant des mouvements de rotation plus rigoureux. Répéter le mouvement jusqu’à l’apparition de fumée. Dès que les premiers signes de fumée se font sentir, c’est le moment d’augmenter la pression sur la planche en poussant vers le bas sur la branche. Augmente aussi la cadence des mouvements de rotation pour intensifier la chaleur.

Étape 5 : Une fois que tu as accumulé un petit monticule de braise fumante sur l’amadou, retire la planchette et souffle sur l’amadou pour activer les braises. Et voilà, le feu est parti.

Cette technique est relativement simple à réaliser s’il y a un bon équilibre entre la densité du bois de la planchette et la densité du bois de la branche.

Idéalement, le bois de la planchette provient d’un arbre feuillu qui est assez sec pour que l’écorce ait commencé à s’en détacher. Le bois de la branche a avantage à provenir de plante dont la pousse est rapide, elle doit aussi sèche de préférence  Ne pas utiliser le bois directement au sol.

Il faut aussi éviter d’utiliser une branche trop grosse, qui avec cette technique ralentit considérablement la vitesse de rotation.

7.       La concentration solaire

Sous forme de loupe, fond de bouteille translucide (ça fonctionne aussi avec les bouteilles de plastics), paire de lunettes, il s’agit de concentrer les rayons solaires sur une source d’amadou pour partir un feu.

Un rayon solaire concentré peut mettre feu à une feuille de papier en quelques secondes.

Le secret de cette technique est dans l’angle que l’on donne au verre pour obtenir un  rayon solaire qui doit être le plus concentré possible sur la matière combustible.

Si tu utilises une bouteille d’eau de verre ou de plastique, il est important que sa forme offre une partie concave  (bombée sur le dessus). Si ce n’est pas le cas pour le corps de ta bouteille utilise le fond.

Pour te donner de meilleures chances de réussir cette technique, assure toi que le soleil est à son point le plus haut et concentre ton rayon sur une partie sombre de ton papier journal (les couleurs foncées absorbent davantage les rayons solaires que les parties claires).

Pour accélérer la combustion

La fumée est le premier indice de combustion. La fumée jaillit quand la source de chaleur est à la recherche d’oxygène qui va lui permettre de grandir et se transformer en source d’énergie plus importante et ainsi s’attaquer à de plus denses et plus grandes pièces de bois.

L’air contenu dans le souffle humain est sans contre-dit le meilleur moyen à ta disposition pour attiser les braises. Mais si tu souffles trop fort, tu risques d’éteindre la braise et de devoir recommencer.

Pour concentrer ton souffle et éviter de souffler trop fort, tu peux pincer le pouce et l’index de chaque main et former un petit losange et réunissant l’extrémité des 4 doigts. En soufflant à travers ce petit trou que tu presses contre tes lèvres, ton souffle sera plus concentré.

Avec l’amadou et les braises en main, tu peux aussi faire des mouvements (en faisant des cercles par exemple) avec tes bras pour augmenter l’apport en oxygène. L’avantage avec cette technique, c’est que c’est moins fatiguant que le souffle et c’est plus facile de contrôler le débit d’apport d’air (il suffit de bouger les bras plus vite pour augmenter l’apport en oxygène).

L’efficacité de l’amadou est aussi primordiale pour partir un feu rapidement. Voici une liste d’amadou efficaces que l’on peut habituellement trouver dans un milieu naturel :

-          L’écorce de bouleaux ( SVP NE PAS L’ARRACHER SUR LES ARBRES, CELA PEUT LE TUER), si on la gratte préalablement au couteau peut prendre directement avec une pierre à feu;

-          Les épines de conifères séchées;

-          Les peluches de quenouilles séchées;

-          L’herbe sèche;

-          Le champignon d’amadou (d’où provient le nom);

-          Les copeaux de bois taillés au couteau prennent facilement feu;

-          Les feuilles mortes;

-          La bouse de vache séchée ou émiettée prend feu facilement (je sais il faut être VRAIMENT mal pris);

-          Les nids d’oiseaux ABANDONNÉS peuvent aussi servir pour partir un feu;

Si jamais tu te trouves dans des conditions difficiles, qu’il pleut et qu’il est difficile de trouver de l’amadou naturel à l’endroit où tu te trouves, il existe plusieurs façons d’en apporter avec soi. Prend juste soin de bien l’emballer afin de les préserver de l’humidité.

-          Les tampons féminins font excellent allume-feu (en plus ils sont emballés). Il suffit de les ouvrir et de déballer le coton qui est à l’intérieur avant de s’en servir;

-          La mousse de sécheuse prend facilement feu. Tu n’as qu’à l’accumuler et à en faire la récolte à chaque fois que tu sèches du linge;

-          La majorité des chips commerciales sont assez grasses pour brûler facilement et longtemps;

-          Les chambres à air ne craignent pas l’humidité et brûlent fort et longtemps (par contre, la fumée que produit leur combustion est toxique);

-          Les blocs de magnésium forment des copeaux si on les gratte au couteau, on peut y mettre feu à l’aide d’une pierre à feu;

-          Si tu utilises de l’essence ou du combustible liquide pour faciliter l’allumage d’un feu, prend le soin d’en imbiber un tissu ou un amadou absorbant et de le mettre sous ton foyer au lieu d’en asperger le bois sur le dessus (autrement, l’essence se consumant rapidement brulera en surface avant que le reste n’ait le temps de prendre en dessous);

-          Il existe des cordes avec des tiges  inflammables à l’intérieur; celle-ci peuvent procurer une flamme constante pendant un certain temps, tant qu’à traîner de la corde, aussi bien qu’elle soit doublement utile;

-          Tout textile trempé dans la cire prendra feu rapidement;

-          Il existe des rondelles ou des cubes combustibles qui prennent feu rapidement et qui  brûlent assez longtemps pour faciliter l’allumage d’un feu par temps humide;

-          Tout corps gras appliqué sur du coton va prolonger la flamme pendant plusieurs minutes supplémentaires;

-          Les bouchons de liège préalablement trempés dans l’alcool à friction peuvent brûler assez longtemps;

Voilà, maintenant que tu connais plein de façons de mettre le feu, il ne te reste qu’à les mettre en application de façon responsable.

Bon festin de guimauves !

Sources :

https://www.espaces.ca/

https://altitude-blog.com/

https://www.youtube.com/