Arrêter de se faire dire quoi faire, code d'éthique du randonneur concerné

il y a 8 mois

Je sais.

Une des principales raison qui t’amène à faire du plein air, c’est le sentiment de liberté qui émerge en toi lors d’un contact direct avec les éléments de la nature.

Alors quand on tente de t’imposer toute sorte de règlements qui semblent brimer tes libertés, tu trouves ça contraignant.

C’est parfois frustrant au point où tu as l’impression de retourner à cette époque où ta mère te regardait de ses gros yeux  en agitant l’index de gauche à droite pour te signifier sa désapprobation de certains de tes plus mémorables élans d’enthousiasme.

L’humain,  destructeur par nature

Le mode de vie des humains change le visage de la planète à vitesse grand « V » et cela depuis la découverte du feu il y a près de 80000 ans. Du moment où cet être qui se déplaçait sur deux pattes s’est mis à provoquer des incendies de forêts, la nature s’en est trouvée bouleversée.

Quelques milliards d’individus plus tard, l’impact des humains sur la nature est aujourd’hui sur le point se faire basculer de façon irréversible l’équilibre de la planète.

Tout se préambule pour te rappeler que la règlementation n’est qu’un simple rappel du fait que nos comportements habituels ont un impact dévastateur sur l’équilibre des milieux naturels.

Si chacun des 8 milliards d’humain sur terre respectait la nature, nous n’aurions pas besoin d’établir de règles. Malheureusement, nous n’en sommes pas encore là.

Il est donc important de préserver la nature en les respectant à la lettre les règlements qui ont pour but de la protéger. .

Honnêtement, je crois que tu vas survivre à cette épreuve qui consiste à « mettre sur le hold » pendant le temps de ton séjour en nature, ces habitudes qui t’ont été transmises et que tu as adoptées sans que tu ne comprennes leur véritable portée.

Et sait-on jamais, cette expérience pourrait même t’amener à être plus conscient de ce qui est important dans ta vie…

Prendre les devants

La vaste majorité des sites aménagés pour la pratique d’activités de plein air possède son propre code d’éthique. Ce code prend en considération les caractéristiques uniques des écosystèmes de la région.

Il est habituellement transmis à l’utilisateur au poste d’accueil sous forme d’affiche ou de rappel sur des cartes ou des dépliants publicitaires. Il est important que tu en prennes connaissance et que tu poses les questions appropriées avant de t’élancer sur les sentiers.

Le choix d’un sentier adapté à ta condition physique, au temps et à l’équipement et à l’expérience dont tu disposes est un excellent point de départ pour respecter la nature des lieux.

Si tu parcours des sentiers trop difficiles, que tu te sens pressé par le temps ou que tu es mal préparé, il y plus de chances que tu prennes des décisions susceptibles d’affecter l’équilibre du site. La tentation de prendre un raccourci hors des sentiers, de camper ou faire un feu à des endroits inappropriés est plus forte quand on est sous pression.

Avec une  préparation minimale,  comme avoir des souliers adaptés à la randonnée, avoir suffisamment d’eau et de nourriture et savoir où tu t’en vas te permets de rester dans la bonne disposition d’esprit pour minimiser l’impact de ton passage dans un milieu dont l’équilibre est fragile.

Le principe du « sans trace »

Le principe de base de tout code éthique en nature est d’éviter en tout temps de laisser la moindre trace de son passage dans un milieu de vie naturel.

Dans la nature, tout à sa raison d’être, tout est à sa place. L’eau, la terre, les minéraux, les végétaux et les animaux jouent individuellement un rôle qui contribue à l’ensemble.

Cet équilibre bienfaisant qui est articulé par le cycle de l’eau et des saisons est cependant très fragile. La modification des habitudes d’une seule espèce peut mettre en péril l’équilibre de l’ensemble de l’écosystème. À plus grande échelle, cela modifie l’équilibre de la planète toute entière.

Suivre la voie

Les sentiers ont été aménagés pour restreindre l’impact d’un passage répété sur les sols de la forêt. Le sol est vivant. Il contient des milliers de microorganismes, de racines de résidus végétaux, minéraux et animaux qui servent d’ancrage à la vie.

C’est aussi un abri pour plusieurs insectes et animaux,  un lieu de transition pour l’eau de pluie, un filtre pour les nappes phréatique, il est donc essentiel d’éviter d’en modifier la nature.

Le fait d’utiliser les sentiers aménagés permet aussi de stabiliser le sol à certains endroits stratégiques et ainsi diminuer l’érosion. Un peu comme ta peau s’épaissit à certains endroits en raison d’activités qui provoquent des frottements répétés, ces sentiers n’ont pas été aménagés au hasard. La grande majorité d’entre eux ont été établis suite à des études de sols en suivant des principes écologiques rigoureux.

Le fait de choisir d’utiliser des sentiers moins fréquentés ( mais balisés) permet aussi de réduire l’impact de passages répétés des humains sur ses parties du site qui deviennent plus fragiles en raison du taux élevés de fréquentation.

Pour une raison ou un autre, si tu dois évoluer sur dans un milieu non balisé, priorise les surfaces durables pour circuler : roche, ou sentiers naturels d’herbes sèches.

Respecter les passages interdits ou les terrains privés sur lesquels tu n’as pas validé ton droit de passage permet aussi de réduire ton impact sur l’environnement. Ce n’est pas parce qu’un espace naturel n’est pas règlementé ou surveiller qu’il est légitime d’y faire n’importe quoi.

Maintenir l’intégrité de la vie

La libre circulation de pluie et l’équilibre chimique des accumulations d’eau dans un milieu naturel est un des aspects qui a le plus d’impact sur l’équilibre des écosystèmes. L’eau est comme le lien entre toutes les espèces vivantes de la planète.

Ainsi, il est important d’en préserver l’intégrité en utilisant les espaces sanitaires aménagés pour éliminer. Si une envie pressante te contraignait à te soulager en chemin, essaie d’uriner à plus de 100 mètres d’un étang, un lac où une rivière.

Si tu es dois faire « la grosse job », évite de laisser le papier sur place et ramène tout dans sac que tu ramènes avec toi (c’est d’ailleurs ce que tu dois faire avec tous les déchets que tu produits).

Évite de marcher dans les cours d’eau ou te de baigner aux endroits non aménagés.

Respecter la vie, c’est aussi éviter de faire des feux inutilement et de choisir un endroit éloigné des arbres quand on le fait. Évite de ramasser du bois hors des sentiers, de briser ou d’endommager des arbres et des plantes.

En établissement ton campement dans des endroits aménagés ou sur un sol stable éloignés des arbres, tu mets tout en œuvre pour préserver la vie.

Évite aussi la consommation d’alcool de tabac ou de drogues dans tous les lieux naturels dans lequel tu te rends pour la pratique d’activités de plein air. Cela peut affecter ton jugement et perturber ton comportement.

C’est une question de respect pour l’environnement, mais aussi une question de respect pour les autres randonneurs dont la grande majorité ne se retrouve pas en nature pour vivre une ambiance taverne.

Entretenir l’harmonie avec les autres randonneurs

Si tu es du genre grégaire, prend l’habitude de circuler en petits groupes. Éviter de parler trop fort de ou de faire jouer de la musique, c’est éviter de stresser inutilement les animaux et tous les autres randonneurs qui sont venus en nature pour profiter du calme.

Prend le temps de venir en aide aux randonneurs en difficulté. Ne laisse personne derrière. Pouvoir intervenir en cas d’urgence en ayant à sa disposition une trousse de premiers soins et une excellente idée.

Prend des notes sur la position de passages obstrués ou dangereux et signale les problèmes aux autorités du parc.

Il y a aussi un rôle d’éducation que tu peux jouer envers les gens en montrant l’exemple où en les renseignant sur l’impact de certains de leurs comportements. Et si tu prends cette voie, fais preuve de compassion et de compréhension à leur égard. Évite de leur faire la morale ou avec un ton de mépris dans la voix. Fais-le avec le sourire avec une attitude détachée et tu seras surpris des résultats.

En faire plus

Si tu es du genre à te lancer à fond dans tout ce que tu entreprends, tu peux en faire plus en gardant de l’espace dans ton sac en pour ramasser les déchets laissés par les autres randonneurs.

Il existe aussi des grandes corvées de nettoyage auquel tu peux prendre part. C’est une belle occasion de connecter avec des gens qui ont les mêmes valeurs que toi.

Consommer de façon responsable en achetant de l’équipement et des biens durables est aussi une bonne habitude à prendre pour contribuer à long terme au maintien à l’équilibre des écosystèmes de la planète.

Certains vêtements de plein air sont fait de matières recyclées, utilisent des matériaux qui ne provoquent pas inutilement la souffrance animale ou cautionnent l’exploitation humaine. Renseigne-toi sur les marques et consulte les étiquettes avant d’acheter.

Et si tu peux utiliser une voiture électrique, des transports collectifs ou encore fréquenter des milieux naturels près de chez toi, c’est encore mieux, car le transport est une des habitudes qui a le plus d’impacts néfastes sur l’environnement !

Ni vu, ni connu

Certains sites et aménagements récréotouristiques sont plus disposés à imposer leur règlementation en infligeant des amandes ou en expulsant les contrevenants.

Ces méthodes dissuasives ne sont pas toujours efficaces pour la simple et bonne raison qu’il est très facile de passer sous silence des comportements délinquants quand personne n’en est témoin.

C’est dans ces conditions que l’on peut mesurer le véritable engagement des amateurs de plein air.

On ne peut à la fois prétendre aimer la nature et en compromettre consciemment l’équilibre. Maintenant que tu es connais un peu mieux les impacts de certains de tes comportements, tu seras sen mesure d’adopter les comportements appropriés.

Vivre en cohérence de la nature, c’est exprimer librement qui  tu es à la base. Et le jour où tu y parviendras, tu arrêteras d’interpréter le code éthique du randonneur comme la restriction de tes libertés.

Sources :

https://www.lessentiersdelestrie.qc.ca/

https://www.sportsexperts.ca/

http://www.parcregional.com/

https://ici.radio-canada.ca/