Ce que le mouvement des plantes nous enseignent

il y a un mois

Peu importe l’endroit où tu te trouves, c’est d’abord le mouvement qui capte ton attention. C’est ton instinct de survie qui te pousse à changer la position de ton corps ou à considérer si ce qui bouge autour de toi peut améliorer ton sort.

C’est pour pouvoir se déplacer plus efficacement dans l’espace que le corps humain a évolué.

Et si tu arrives à détourner le regard de ton nombril, tu remarqueras que chaque espèce vivante a développé une stratégie pour se déplacer afin d’assouvir ses besoins et s’adapter à son environnement.

Le règne végétal ne fait pas exception et malgré leur immobilisme apparent, les plantes utilisent plusieurs moyens pour se déplacer et ce de manière parfois très surprenante.

Porte attention au texte suivant et peut être seras-tu plus attentif à la façon dont évolue ton environnement la prochaine fois que tu te rendras en forêt.

Comment les plantes arrivent-elles à se déplacer ?

Il faut d’abord que tu déshumanises ta manière de percevoir le mouvement. Non, les arbres ne s’animent pas la nuit pour tenir un conseil et marcher comme les humains. ¨La vraie vie n’est pas toujours comme dans les films.

Le mouvement chez les végétaux est induit par différents phénomènes physiques et chimiques qui témoignent de l’extraordinaire capacité d’adaptation de ces formes de vie que l’humain considère encore comme primitive.

De plus en plus d’experts étudient la flore et y trouvent une quantité impressionnante d’informations qui nous permettent de mieux comprendre les forces à l’origine de la création de notre planète.

En d’autres termes, plus on connait les plantes, mieux on comprend comment les humains se sont développés au sein de leur environnement.

Les plantes recherchent la lumière

Une des formes de mouvement les plus faciles à déceler chez les plantes est la recherche de la lumière. Dans la forêt, dans les champs où dans les parcs, il est possible d’observer les plantes et leurs fleurs se tourner vers  la lumière à certains moments de la journée.

Certaines fleurs s’ouvrent et se ferment à l’aube ou à la tombée du jour. D’autres s’ouvrent la nuit afin de dégager des fragrances qui vont attirer les insectes polinisateurs.

La fleur de tournesol suit systématiquement la courbe que décrit le soleil dans le ciel. Ainsi à toute heure du jour, elle fera face à l’astre solaire, c'est pourquoi les champs de tournesols sont si fascinants à observer.

Si tu as des plantes dans ta maison, tu auras remarqué que certaines parties poussent plus vite que d’autres. C’est pourquoi, il est nécessaire de tourner régulièrement ses plantes pour qu’elles puissent conserver leur forme.

Quand une partie du végétal n’est pas assez exposé à la lumière, une hormone de croissance, qui circule dans la plante comme dans le sang humain, incite le côté ombragé à croître plus rapidement afin de se courber vers la source lumineuse.

C’est pourquoi, tu observes parfois en forêt des arbres où des plantes qui semblent pousser de façon étrange. Ainsi, ce n’est pas la lumière qui fait croître les plantes, mais la quête de lumière.

Comme une salle de spectacle est organisée pour permettre à tous les spectateurs de voir la scène, la forêt évolue afin de permettre au plus grand nombre de végétaux possible d’avoir accès à la lumière offerte par le spectacle solaire.

Fuir la lumière

Une plante peut aussi se détourner de la lumière selon le stade de développement à laquelle elle se trouve. Certaines plantes, une fois polonisées se détournent de la lumière pour se développer dans le sol.

Cela illustre le fait que la lumière est un facteur qui induit un mouvement chez les végétaux, mais qui prend différentes formes selon les besoins ponctuels de la plante, on peut comme la noirceur pousse les humains à se réfugier dans un endroit sécuritaire pour pouvoir dormir.

Il est important toutefois de mentionner que plusieurs autres facteurs influencent la manière dont les végétaux vont croître. Je ne te laisse pas en plan, je t'explique tout ça un peu plus loin.

Sous la terre

Tous les végétaux possèdent une partie cachée sous terre (ou dans l’eau pour les plantes aquatiques). À la recherche d’eau et de minéraux, les racines fuient la lumière en avancent dans l’obscurité de la terre.

Étrangement, elles réagissent à la même hormone de croissance qui force la courbure des tiges et des branches vers la lumière. Sur la face inférieure de leurs extrémités, l’hormone se fixe pour ralentir la croissance des racines vers le haut, les contraignant à s’enfoncer dans le sol.

La croissance des plantes et de leurs racines peut aussi être influencée par la composition chimique du sol et la gravité terrestre.

Ainsi, les racines peuvent être attirées par différents nutriments, ou carrément fuir d'autres éléments dans le sol qui leur sont nuisibles, comme la contamination issue des activités humaines. Ce phénomène s'appelle le chimiotropisme.

Au-dessus du sol

En te promenant en forêt, tu remarqueras que la base de certains arbres est recourbée afin de s'adapter à la topographie. C'est pourquoi les arbres poussent droit, même si leurs racines sont implantées dans sol caractérisé par une forte pente.

Cette courbure est un phénomène de compensation qui permet à la plante de supporter la gravité terrestre tout en lui donnant accès à la lumière solaire.

Dans les airs

Comme Trazan qui se servait de lianes pour se déplacer, les plantes grimpantes sont dotées d’organes qui s’enroulent autour des structures environnantes, afin de se déplacer, se protéger et se nourrir.

Certaines variétés de plantes arrivent à faire pousser ses vrilles pour s’enrouler à une structure en moins de 4 minutes ! Ce qui fait de ce mouvement une croissance 200 fois plus rapide que la normale.

Mais il existe pourtant des plantes qui sont en mesure de déployer des mouvements encore plus rapides.

Se protéger

Si les stratégies de protections sont variées chez les végétaux, elles n'impliquent pas toutes le mouvement.

Certains mouvements de plantes peuvent démontrer des mesures de protection, soit pour conserver l'humidité, se protéger du poids de la pluie ou encore des insectes ou des animaux herbivores.

Ces mouvements impliquent souvent un enroulement ou un repli d'une partie de la plante sur elle-même. D'autres mouvements protectionnistes sont plutôt initiés par la façon dont la plante va croître et se développer dans l'espace, par exemple en se servant des plantes voisines comme écran contre les prédateurs.

Ces mécanismes de protection ne sont pas complètement tous compris, mais offrent néanmoins un éventail assez diversifié des stratégies auxquelles les plantes peuvent développer pour se protéger.

Se nourrir en chassant

Certaines plantes ne craignent pas les insectes, elles s’en nourrissent. Les plantes prédatrices, qui réagissent à un simple contact,  arrivent à se refermer en quelques secondes pour emprisonner leur proie.

Ces plantes ne sont portant pas dotées de muscles et d’articulations. Certaines utilisent l’eau pour induire le mouvement. Des petits sacs situés à des endroits stratégiques se vident quand on les touche et le mouvement est ensuite induit dans les feuilles qui se referment sous la force de gravité.

D'autres plantes prédatrices comme la Dionée (couramment surnommée plante carnivore) sont en mesure de se refermer en quelques dixième de secondes, ce qui représente un mouvement trop rapide pour être induit par l'eau.

Cette plante utiliserait plutôt la forme et l'élasticité de sa membrane pour « popper » et refermer ses mâchoires sur l'insecte détecté par ses poils sensibles.

Mais ne pars pas en peur avec ça, ces plantes ne s'attaquent pas aux humains !

Se reproduire

Que ce soit avec le concours des insectes, des animaux ou encore du vent, c’est par ses stratégies reproductives que les membres de la flore arrivent à induire le type de mouvement qui caractérise le plus leur règne.

C’est en étant aussi efficace dans ses méthodes pour se dupliquer et à croître sans se nuire les uns les autres que les végétaux sont parvenus à peupler la plus grande superficie de la terre, et ce même dans les milieux les plus hostiles de la planète.

Par leur capacité à communiquer entre elles que les plantes arrivent à tirer le meilleur de chaque écosystème. Ainsi, chaque nouvelle pousse devient une partie d'un ensemble plus grand qui respire et avance dans l'espace comme un peuple conquérant, mais bienfaisant.

Il a été établit que les arbres d'une forêt communiquent entre eux de manière si efficace qu'ils peuvent se venir en aide en échangeant des informations sur les changements qui touchent leur survie.

Cette communication est observée, non seulement entre les membres d'une même espèce, mais aussi avec les membres d'espèces différentes.

Pas étonnant que le règne végétal soit si efficace pour conquérir l’espace disponible sur notre planète.

Conclusion

C'est en observant certaines caractéristiques chez les végétaux que l'on comprend mieux comprendre comment s'organise l'équilibre de la nature.

Sans la présence destructrice de l'homme, les plantes seraient presque partout ! Il n’y qu’à constater avec quelle efficacité elles s’emparent des structures abandonnées par l’homme.

Les végétaux sont les gardiens de notre planète et à plusieurs égards permettent aux autres formes de vie d'évoluer entre elles de façon plus équilibrée.

C'est pourquoi il est nécessaire de se questionner sur ce qu'elles peuvent nous apprendre.

Leurs liens intimes avec les éléments et leurs façons de se déplacer en dehors des contraintes du temps nous poussent à voir que notre façon d'utiliser les ressources de la planète est loin d'être si optimale.

Plus nous cherchons des moyens de conquérir un plus vaste espace, plus nous nous éloignons de ce qui est à l’origine de notre création.

C'est la volonté de l'humain à vouloir dominer l'espace qui l'amène à détruire la planète. En utilisant les ressources de la Terre pour combler des besoins qui ne sont pas essentiels, l'Homme est un conquérant qui n'aura bientôt plus rien à conquérir.

Et si nous sommes si intelligents, ne pourrions-nous pas trouver un moyen d'évoluer comme les plantes sans nuire aux autres formes de vie ?

Sources :

http://www.parolesdenature.org/la-mobilite-des-plantes/

http://www.alloprof.qc.ca/BV/pages/s1214.aspx

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gravitropisme

http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/mouvements/index.htm

https://www.pourlascience.fr/sd/biologie-vegetale/percevoir-et-bouger-les-plantes-aussi-7822.php

http://m.espacepourlavie.ca/plantes-carnivores