Préparer son vélo pour la saison

il y a un mois

7 choses à faire pour préparer son vélo pour la saison estivale

Tu ne penses qu’à enfourcher ton vélo depuis que le Père Noël a fait sa tournée ?

Relax. La neige va finir par disparaître.

En plus, pour te permettre de patienter, tu as le temps de lire ce texte que j’ai composé pour toi.

Parce que je sais que les vrais mordus de vélo cherchent toujours des trucs pour profiter au max de la saison estivale.

Que ce soit pour éviter la cohue printanière dans les boutiques de vélos ou pour apprendre à faire quelques ajustements par toi-même question de faire face aux imprévus lors de longues randonnées, il est important de savoir quelques trucs pour rouler en toute tranquillité.

1. Entreposer le vélo dans un endroit approprié à l'automne

Bien préparer son vélo pour le printemps, ça commence avec un entreposage approprié quand la saison finit à l'automne.

Il est important de trouver un endroit chaud et sec pour éviter que les composantes d'acier ne rouillent. Oui, c'est nécessaire même si t'as un vélo full carbone. Le rendement des roulements à billes et des câbles de freins par exemple peuvent être altérés par l’humidité.

Suspendre le vélo demeure la meilleure façon d'éviter les dommages potentiels causés par l'humidité plus présente près du sol. Cela permet aussi de t’assurer que les tubes et les pneus ne seront pas endommagés par le poids du vélo. Si tu ne peux suspendre ton vélo, gonfle les pneus une fois par mois pendant la saison morte.

Si la remise extérieure ou la cave de service sont les seuls endroits dont tu disposes, assures-toi que ton vélo n’est pas entreposé à proximité de produits contenant du chlore pour piscine. Ceux-ci contribuent à accélérer l’oxydation.

Si jamais l’entreposage de ton vélo cause problème, tu peux toujours louer un mini-entrepôt ou encore faire appel aux services d’entreposage de ta boutique vélo préférée pour environ 100 $.

Pour les mises au point que tu ne te sens pas à l’aise de faire sur ton vélo, tu peux l’apporter à un spécialiste, en automne. Non seulement tu éviteras la cohue au printemps, mais il se peut que tu réalises quelques économies. Beaucoup de boutiques spécialisées font de gros rabais pendant l’automne pour des mises au point, c’est une façon d’optimiser cette période plus tranquille.

2. Faire un nettoyage des composantes sèches

Petite remarque pour commencer. Si tu n’as jamais nettoyé un vélo, tu vas vite réaliser que c’est plus salissant que de te nettoyer les dents. Habille-toi avec du linge scrap et si tu n’aimes pas te salir les mains, n’hésite pas à enfiler une paire de gants à vaisselle.

Je sais que tu aimes conserver des souvenirs de tes exploits hors-piste, mais le nettoyage est aussi une étape suggérée lors du remisage à l’automne. Même si la mise au point a déjà été effectuée sur ton vélo, il est important d’enlever la poussière, la boue et le sable accumulée avant et pendant l’entreposage.

En plus de permettre de déloger la saleté qui enraille le bon fonctionnement des pièces, l’étape de nettoyage constitue le moment idéal pour repérer les ajustements potentiels.

La première étape serait de suspendre le vélo pour pouvoir utiliser librement tes deux mains. L’achat d’un support à vélo pour la mécanique est un investissement qui peut en valoir la peine surtout, si tu prends goût à faire tes ajustements par toi-même. Si tu possèdes un support à l’arrière de ta voiture, c’est l’endroit idéal. Sinon, ta clôture fera aussi bien l’affaire (évite toutefois la haie de cèdre).

Par la suite, utilise un savon doux (un savon à vaisselle biodégradable par exemple) et une éponge pour déloger la poussière sur le cadre et les composantes visibles. Le fait de mélanger le savon avec de l’eau et de de l’appliquer avec un vaporisateur rend le travail de nettoyage encore plus efficace.

Par ailleurs, il est préférable d’éviter de nettoyer son vélo à grande eau ou avec un jet à pression pour ne pas endommager la peinture et les pièces lubrifiées. On peut utiliser le boyau, mais avec un jet doux.

On peut aussi utiliser un linge pour nettoyer les pédales, les freins et autres composantes ou l’éponge n’a pas accès. Finalement, prend une vieille brosse à dents pour les petites composantes et les endroits difficiles à atteindre.

Rincer pour enlever le savon. Sécher avec un linge propre.

3. Nettoyage des composantes humides

Si tu ne t’es pas encore sali, c’est ici que ça se passe. Le nettoyage de la chaine est une étape en soit, car elle requière une attention particulière, tout comme les pignons de la cassette (les engrenages sur la roue arrière) et les plateaux du pédalier.

Pour nettoyer efficacement ces composantes qui peuvent s’oxyder ou s’enrailler en raison de l’accumulation de poussière et de terre, il est nécessaire de dégraisser préalable à l’aide d’un dégraisseur spécialement conçu à cet effet (ton Ab roller ne te sera d’aucune utilité ici). On applique le dégraisseur avec un chiffon si la chaine n’est pas trop sale et on vaporise directement sur la chaine pour la grosse job.

Évite de vaporiser le dégraisseur sur les cassettes ou sur le noyau de la roue avant, car la celui-ci pourrait s’introduire dans les roulements à de la roue et enlever le lubrifiant qui préserve les pièces mobiles de l’usure par friction.

Pour enlever le surplus de graisse, utilise un linge qui ne laissera pas de fibre sur la chaine. La brosse à dents te sera encore utile.

Le nettoyage des roulements à billes est une étape qui doit être effectuée sporadiquement pour conserver un rendement optimum, même chose pour les engrenages de la cassette arrière qu’il est nécessaire de démonter à l’occasion pour déloger toute la saleté. Par contre, je t’encourage fortement à payer un professionnel pour faire ce travail pour toi. C’est un service que tu peux inclure dans la mise au point.

4. Lubrification

La lubrification est une étape souvent négligée par beaucoup de cyclistes. Il est préférable de lubrifier la chaine et les composantes mobiles de son vélo de façon préventive pour un rendement optimal.

Contrairement à ce que l’on pense, c’est à la fin d’une randonnée que cette opération est la plus efficace. En agissant précautionneusement, on donne la chance au lubrifiant de mieux pénétrer dans les différentes pièces avant notre prochaine sortie (il est toujours préférable de nettoyer les composantes avant de lubrifier).

Il existe plusieurs types d’huiles déclinées en différentes gammes. L’erreur est de penser que tous les corps gras feront l’affaire. Pas sûr que la margarine c’est une bonne idée, après tout, tu ne cuisines pas un gâteau ! Un lubrifiant mal adapté sèchera trop rapidement ou pire favorisera la corrosion en accumulant la poussière.

Une huile de qualité protègera plus longtemps et plus efficacement les composantes. C’est notamment le cas des huiles synthétiques avec téflon ou particules de céramiques. Pour quelques dollars de plus, c’est vraiment ce que tous les pros vous conseilleront.

Il existe deux types d’huiles qu’il est préférable d’appliquer selon tes besoins spécifiques.

L’huile sèche est très fluide. Elle n’adhère pas facilement aux pièces et ne résiste pas très bien à l’eau. Par contre, elle est plus indiquée quand le temps est sec ou que l’on roule longtemps sur une surface poussiéreuse. On doit en mettre plus souvent pour qu’elle soit efficace.

L’huile grasse est plus visqueuse et collante. Elle restera plus longtemps sur les composantes et sera plus efficace quand le temps est humide ou pour des conditions hors-pistes où il y a beaucoup d’eau et de boue. Par contre en conditions sèches, la poussière et le sable y adhéreront plus facilement, ce qui risque d’endommagé prématurément les pièces.

Pour lubrifier efficacement, il est préférable d’opter pour un format vaporisateur avec un applicateur pour les endroits plus difficiles à atteindre.

Pour lubrifier la chaine, on fait le tour en déposant un goute d’huile sur chaque maillon. On fait ensuite tourner le pédalier en changeant les vitesses pour le l’huile se répande sur les différents pignons de vitesses ainsi que sur les plateaux. Essuyer le surplus d’huile avec un chiffon sec.

Il est aussi conseillé de lubrifier toutes les autres composantes mobiles : manettes de frein, manettes et câbles de vitesses et dérailleurs.

Pour les câbles de freins et de vitesse, il suffit de mettre une goutte d’huile grasse à l’entrée des gainages.  Pour les manettes de freins et de vitesse, une goutte d’huile à l’entrée du mécanisme est suffisante pour apporter plus de souplesse.

Pour les vélos équipés de freins à disques, il est conseillé d’éviter le contact de tout corps gras sur les disques et les plaquettes, puisque que c’est la friction qui rende le mécanisme efficace.

Pour les dérailleurs, une goutte d’huile sur chaque point de pivot permet de réduire l’usure de ces pièces sensibles largement sollicitées.

On termine cette section avec un petit mot sur la graisse qui est appliquée sur les articulations du vélo (jeux de direction, moyeux, pédalier etc.). La graisse est non seulement essentielle pour réduire la friction, mais elle protège les composantes contre la corrosion, tout en empêchant certaines parties du vélo comme les pédales et la selle de rester coincées.

Il est important de se procurer le type de graisse approprié pour l’usage désiré. Certaines composantes peuvent être graissées facilement de l’extérieur, mais il est nécessaire de démonter certaines autres pour le faire correctement. C’est ici important de reconnaître ses limites et de confier cette tâche à un professionnel pour qu’elle soit effectuée dans les règles de l’art.

5. Vérifier et ajuster les freins et les vitesses

L’efficacité du freinage et la précision des changements de vitesses peuvent être affectées par l’usure de plusieurs composantes. Certains ajustements sont parfois suffisants pour rétablir l’intégrité du mécanisme, mais parfois certaines pièces doivent être changées.

Sois assuré de bien vérifier l’alignement de tes roues lors du test de freinage. Une roue croche ou mal installée va directement affectée l’efficacité du freinage.

Peu importe le système de freinage, on peut facilement constater la force de freinage en appuyant sur les manettes. S’il suffit d’une légère pression sur les manettes pour faire bloquer la roue et que la manette reprend sa position une fois relâchée, c’est signe que le tout fonctionne normalement. S’il s’agit d’un système de freinage sur jantes, il est toute de même préférable de jeter un œil sur les patins de freins pour vérifier qu’ils sont correctement alignés sur les roues.

Si les manettes de freins sont lousses, la première chose à vérifier est l’usure des patins de freins (ou des plaquettes pour les freins à disques). Ces pièces peuvent être facilement changées au besoin.

Il est aussi possible de palier à l’étirement des câbles qui survient avec l’usage en ajustant les rondelles de réglage situées à l’extrémité de la manette de freins. Pour des réglages plus importants, tu dois tendre le câble de freins au niveau de l’étrier en desserrant la vis.

Si malgré tous ces ajustements, le freinage n’est pas fluide, il est possible que les câbles de freins doivent être changés. Fais vérifier le tout par un technicien en cas de doute.

L’ajustement des vitesses est une étape plus sensible, mais qu’il est possible de faire par soi-même.

Quand les vitesses ne se changent pas de façon fluide, la première chose à faire est de vérifier l’alignement du dérailleur arrière. Il est nécessaire de le faire aligner ou le remplacer si celui-ci ne s’inscrit pas dans l’axe des engrenages de la roue arrière.

On peut par la suite vérifier si les vitesses passent facilement sans frottements ni sauts de pignons en changeant les vitesses à l’aide des manettes. Si les vitesses ont de la difficulté à passer ou ne passent pas à chaque cran, on peut ajuster les vitesses en resserrant la roulette d’ajustement située sur le dérailleur arrière. On desserre la roulette si plusieurs vitesses passent à la fois où ont de la difficulté à redescendre. L’ajustement se fait au fur et à mesure par des manoeuvres de va-et-vient entre serrement et desserrement de plus en plus précises.

L’ajustement du dérailleur avant se fait à l’aide de la vis d’ajustement située près de la manette de vitesses sur le guidon. Si la chaine a du mal à monter sur le grand plateau, on enlèvera de la tension. Si la chaine ne parvient pas à descendre sur le petit plateau on resserrera la vis.

Si malgré ces petits ajustements les vitesses ne passent toujours pas correctement, l’usure des câbles de vitesse peut aussi affecter le rendement. Il est donc nécessaire de faire vérifier occasionnellement le degré d’usure de ces composantes avant de tenter de faire des ajustements plus élaborés.

Pour un ajustement optimal des vitesses, rien de mieux que de confier le mandat à un pro.

6. Les pneus

L’état des pneus est un élément de sécurité majeur à considérer. Un pneu usé ou mal gonflé n’est pas aussi adhérent aux surfaces ni résistant aux crevaisons, particulièrement sur les vélos de routes dont la surface de contact est réduite au maximum.

Un rapide coup d’œil te permettra de voir s’ils sont usés ou fendillés. Pour un examen plus approfondi, retire le tube et vérifie l'état des pneus de l'intérieur. Observe s'il y a présence de trous ou d'altération. Profites-en pour vérifier l’état de l’intérieur des jantes. Un rayon mal visé, par exemple peut endommagés tes pneus.

Le fait de gonfler les tubes et les immerger dans l'eau te permettra de repérer les pertes d'air.

Gonfle tes pneus en suivant les recommandations sur le pneu pour la pression.

7. Vérifier et ajuster tout le reste

La qualité de l’expérience à vélo dépend du fonctionnement symbiotique d’une foule de composantes dont plusieurs sont oubliées ou prises pour acquises. Il est toutefois nécessaire de faire un examen complet plus approfondit pour faire les derniers ajustements.

Voici en vrac d’autres points à considérer pour la mise au point de ton vélo avant la saison estivale:

-          Au besoin, resserrer les écrous sur les plateaux du pédalier ; aligner et ajuster le guidon, refaire la guideline au besoin ; resserrer les pédales ; ajuster les vis des cals pieds ainsi que le siège ;

-          Assure-toi que les écrous qui retiennent les roues sont bien serrés, que les roues sont alignées ;

-          Vérifie l’usure des engrenages et la solidité des rayons ;

-          Change la pile de ton odomètre ;

-          Procure-toi un tube de rechange ;

En terminant, si ce n’est pas déjà fait, procure-toi une trousse d’urgence avec des outils nécessaires à des réparations de base. Installe cette trousse sous ta selle où à un endroit qui ne te gênera pas dans tes mouvements.

Il n’est pas nécessaire d’être un technicien vélo certifié pour faire de longues distances à vélos. Cependant,  plus tu seras en mesure de faire face aux imprévus par tes propres moyens, plus tu oseras explorer le monde dans la joie et la paix d’esprit.

Après tout tu le sais déjà, rouler à vélo en toute quiétude est une des façons les plus agréables d’explorer la nature.

Sources:

https://www.velomag.com/

https://www.selection.ca/

https://www.mec.ca/

https://www.provelo.org/

https://www.youtube.com/