La randonnée pour les nuls : 6 trucs pour partir du bon pied lors de sa première rando

Saturday, June 29, 2019
0 Commentaires


Si t’es du genre à te sentir fière parce que tu marches tous les jours de ta porte d’entrée à ta voiture, il est peut être temps que tu ajoutes une pointe de défi à ton aventure.

La randonnée est un sport accessible à tous, selon tous les goûts et conditions physiques.

Comme toute autre activité que l’on pratique pour la première fois, le secret est d’y prendre plaisir et d’y aller à son rythme afin d’avoir le goût de recommencer, tu progresseras sans même t’en apercevoir.

Pis en plus, tu ne pars pas de rien, car en théorie, tu maîtrises déjà le mouvement de base depuis que tu as deux ans.

Mais attention !

Si tondre ton gazon est le contact le plus audacieux que tu as eu avec la flore, tu risques de trouver l’univers de la randonnée en nature un peu déroutant.

Même si cette façon de se mouvoir est naturelle, je te garanti que marcher en forêt, ce n'est pas comme gambader dans un parc. Y'a une couple de petites choses auxquelles il faut que tu penses pour t'assurer que tout se déroule bien et que tu veuilles répéter l'expérience.

Il faut que tu te l’avoues à toi-même une fois pour toute ; la majorité de tes ti-namis et toi vivez dans un monde de confort. Et il te faudra réapprendre à communiquer avec la nature pour en apprécier toute la beauté.

Je te présente ici quelques trucs qui vont te permettre de partir du bon pied dans cette nouvelle aventure qu’est la randonné en plein air.

La randonnée pour les nuls : 6 trucs pour partir du bon pied lors de sa première rando

1. Se renseigner et partir tôt

Commence par te demander ce qui te branche. As-tu vraiment besoin d'être éblouit pour te sentir en harmonie avec toi-même ?

Y’a tellement de renseignements disponibles sur internet.

Tu peux te renseigner sur les points d'intérêts accessibles sur le site et ce avant de t’y rendre.

Si tu veux avoir des idées par où commencer, tu peux commencer par vérifier si y’a une aire de pic-nic, des points de vue saisissants sur la région, des chutes, ou la présence d'un camping.

Tous ces points d’intérêts peuvent te donner un objectif clair et te motiver à sortir de ta ville.

Dans la majorité des sites où il existe de sentiers aménagés, il existe un bureau d’accueil. Il s’agit habituellement du point d’accès aux principaux sentiers. Les employés de l’accueil peuvent te renseigner sur la durée et la difficulté des trajets, mais aussi sur les points d'intérêts que tu risques de croiser sur ta route.

De plus, c’est une précaution supplémentaire, car en enregistrant ta présence, tu t’assures qu’on partira à ta recherche si tu as de problèmes !

Un arrêt à l’accueil te permettra aussi d’avoir de l’information à jour sur les conditions des sentiers.

Par exemple, même si le temps est clément, certains sentiers peuvent êtres inondés pendant des jours suites à des pluies abondantes ( information qui n’est pas toujours disponible sur le sites internet). Il est préférable d’avoir ces informations en main afin de bien choisir son parcours le jour du départ.

Outre la météo, le moment de la journée peut aussi influencer les choix que tu feras.

Le meilleur moment de la journée pour débuter une randonnée est le matin, surtout si tu n’es pas expérimenté et que tu n’as pas une bonne connaissance de tes intérêts et de tes capacités.

Trop de randonneurs débutants commencent leur randonnée trop tard et sont pris de cours par la noirceur et le froid l’automne et ou la chaleur l’été.

Vise des endroits à proximité de ton lieu de résidence (moins d’une heure de voiture) est une excellente idée pour t’assurer un maximum de flexibilité dans ta première aventure en forêt.

La randonnée pour les nuls : 6 trucs pour partir du bon pied lors de sa première rando

2. Reconnaître les niveaux de difficultés et établir des objectifs réalistes

Une fois que tu auras déterminé l’objet de ta quête, pose-toi la question : est-ce qu’il est atteignable, réaliste ?

Sois aussi conscient de tes capacités physiques et prends le temps de bien comprendre le niveau de difficulté des sentiers, et du temps dont tu disposes.

Il est préférable de choisir des sentiers en fonction de ton expérience, de ta condition physique et de la qualité de ton équipement. C’est juste de la logique, mais quand t’as pas d’expérience, tu peux avoir tendance à minimiser le défi et te disant : Ben c’est juste de la marche !

Pour te permettre de prendre un peu d’avance sur la question, voici une courte description des classements habituellement employés :

Multi-usage ou sentier partagé : habituellement aménagés pour permettre aux cyclistes et aux randonneurs de partager la route, ces sentiers sont habituellement plus larges et mieux adaptés aux familles avec des jeunes enfants.

Facile : plats, plus larges, découverts et habituellement peu d’obstacles ou de dénivelé. Accessible à tous.

Intermédiaire : habituellement vallonnés, peut contenir des ascensions, des descentes et des passages relativement accidentés. Le débutant qui est relativement en bonne condition physique va s’y adapter facilement, s’il demeure attentif à l'endroit où il pose le pied.

Avancé ou difficile : généralement escarpés, passages étroits, présences de falaises et de parois rocheuses glissantes. À éviter où à utiliser avec une extrême prudence pour le débutant.

En fonction du degré de difficulté, la progression ne fera pas au même rythme. En général, un débutant non entrainé arrive à parcourir environ 2,5 km par heure sur un sentier facile et 2,25 km par heure si le sentier contient quelques dénivelés. En ascension constante vers un sommet, son rythme sera d’environ 2 km par heure.

Pour tes premières fois, tu éviteras donc de t’élancer sur des sentiers de plus de 5 à 8 km afin de faire un maximum de 3 heures (cela inclus des pauses). Si tu sens que c’est trop, y’a pas de problème avec ça. Choisis une distance avec laquelle tu te sens confortable.

Il est toujours préférable pour un débutant de s’en tenir à des sentiers faciles ou intermédiaires et à des courtes distances, car il est difficile d’évaluer l’effort que représente une ascension quand on en a jamais vécu.

Si tu tiens absolument à atteindre un sommet, ne t’aventure pas sur une distance supérieure à 6 km, cette distance doit inclure ton retour. Surtout reste à l’affut de tes capacités.

Vise des sommets plus modestes ou des sentiers qui offrent un dénivelé moins ardu. Certains sommets sont plus élevés, mais plus faciles à atteindre en raison d’un dénivelé plus favorable.

Les cartes topographiques représentent le meilleur outil pour évaluer le niveau de difficulté d’une ascension.

Considère l'inclinaison et les efforts que tu déploies pour la montée. Si tu as trop de difficulté, n’hésite pas à rebrousser chemin ou à prendre plus de pauses. Tu dois te garder des forces pour le retour.

Et contrairement à ce que tu penses, c’est surtout pendant la descente que tu risques de sous évaluer le danger. C’est précisément quand la gravité te pousse vers le bas que tu risques de faire un faux pas. Les risques de blessures sont plus élevées, mais surtout entrainent des conséquences plus graves.

La première erreur des randonneurs débutants est de surestimer leurs capacités physiques et les risques que peuvent encourir l’emploi d’un équipement inadéquat.

Laisse ta fierté de côté et choisis ton parcours en fonction de tes capacités et de la fiabilité de l’équipement dont tu disposes.

La randonnée pour les nuls : 6 trucs pour partir du bon pied lors de sa première rando

3. Se préparer matériellement

La deuxième erreur est de ne pas être suffisamment préparé pour faire face aux imprévus.

Je te rappelle qu’en forêt, tu es loin de tout. Et comme c’est nouveau pour toi, c’est difficile de prévoir ce qui peut mal tourner. Pour cette raison, je te donne ici quelques tuyaux.

La préparation est la base du plaisir que tu retireras en randonnée. Cela permet surtout de profiter de l’expérience, peu importe ce que les conditions du parcours te réservent.

Un des plaisirs de la randonnée est de découvrir tranquillement tous les petits cadeaux que chaque condition va t’apporter.

Certaines de mes plus belles randonnées ce sont déroulées dans des conditions qui auraient scotchées la plupart des gens devant leur TV.

C’est pour cette raison que les randonneurs expérimentés vont rarement se fier à la météo pour décider du moment de leurs sorties. Ils sont prêts à tout et savent que les conditions météos font aussi partie de l’aventure.

Tu regardes la météo pour te donner une idée des conditions que tu auras à affronter, cela va entre autres te permettre de bien choisir tes vêtements.

Conseil de base pour les vêtements: évite les jeans et le coton qui n’évacuent pas efficacement la sueur. Ces types de tissus mettent aussi beaucoup de temps à sécher.

Si tu n’es pas équipé en vêtements de sport, privilégie le multicouches. Au moins, tu pourras enlever ou mettre des épaisseurs de vêtement en fonction de la météo ou de ton degré de transpiration.

Des chaussures confortables devraient constituées l’élément à la base de tout ce matériel. Idéalement, des chaussures de randonnées t’offrent un certain support aux chevilles tout en ayant des semelles assez robustes pour supporter ton poids et t’offrir une traction optimale sur un terrain accidenté.

Si tu te sens à l’aise avec l’idée de te lancer sur les sentiers avec tes souliers de courses et le sac d’école de ton ado, y’a pas de problème avec ça.

Aie juste l’intelligence de choisir des sentiers faciles, sans dénivelé de préférence aménagés souvent plus larges, en poussière de roche où la surface du sol est régulière. Pars une journée où le temps est sec et de couvres des distances plus courtes (moins de deux heures).

Quand tu voudras explorer davantage, tu seras convaincu d’emblée de l’utilité d’une paires de bottes, d’un bon sac à dos et d’une paire bâtons de marche. Tes genoux vont se lancer au sol pour te remercier de cet acte de compassion à leur égard !

Outre l’équipement pour te déplacer, tu dois disposer d’un sac à dos où tu pourras loger quelques trucs forts utiles qui vont améliorer ton confort en cas de pépin. Un randonneur avisé qui s’apprête a passer la plus grande partie de sa journée en forêt devrait avoir dans son sac à dos :

  • Un minimum de 1,5 litres d’eau pour ses propres besoins de consommation;
  • Une carte topographique de la région;
  • Une boussole ou un GPS;
  • Une lampe frontale;
  • Un imperméable;
  • Un vêtement de rechange;
  • Une trousse de premiers soins;
  • Un minimum de nourriture;
  • Un couteau;
  • Du chasse-mousitique;
  • Des allumettes ou un briquet dans un contenant étanche;
  • Du papier de toilette;
  • De la corde;
  • Une couverture hypothermique;

Ce n’est peut être pas nécessaire d’acheter un kit d’expert pour ta première rando. Au pire, tu peux l’emprunter à quelqu’un ou grappiller quelques trucs que tu as déjà à la maison.

L’idée d’avoir à ta disposition tout ce matériel est de te permettre de palier aux imprévus qui peuvent survenir en cours de route et venir miner la joie que tu pourrais tirer de cette activité. Si tu comptes t’aventurer dans le bois plus de 4 heures, je te suggère fortement de te référer à cette liste quand tu vas préparer ton sac pour ton séjour en forêt.

La randonnée pour les nuls : 6 trucs pour partir du bon pied lors de sa première rando

4. Apprendre à se répérer

Souvent les gens pensent qu’ils se perdent parce qu’ils ont mal lu la carte ou manqué un repère, mais mon expérience me dit plutôt que c’est parce qu’ils ont mal évalués leurs objectifs et qu’ils ce sont mal préparés.

Se perdre, fait un peu partie des risques (et même des plaisirs) de la randonnée et si on est bien préparés, on peut y faire face à presque toutes les éventualités.

Oui, oui ton dernier iphone à ben des bébelles qui peuvent t’aider, mais tu vas faire quoi si tu n’as plus de réseau ou que ta pile tombe à plat ?

Si tu prends le temps de comprendre comment te servir d’un GPS, il peut s’avéré le seul outil de repérage dont tu auras besoin. D’une précision déconcertante, il peut te permettre de planifier ton parcours dans les moindres détails et même de marquer et de retrouver les endroits que tu as particulièrement appréciés.

Si tu ne disposes pas du temps et de l’argent pour l’option GPS, ne te décourages pas, car il est relativement facile de se retrouver dans la plupart des parcs, surtout si tu ne prévois pas quitter les sentiers.

Et habituellement, le randonneur débutant a amplement de quoi s’amuser sur les sentiers balisés.

Il est généralement assez facile de se repérer sur les différents parcours. En plus des bornes qui indiquent la direction à prendre, tu as parfois même la distance qu’il te reste à parcourir pour arriver à destination.

Partir avec une carte des sentiers te permettra d’avoir plus de flexibilité si tes plans changent en cours de route. Cela peut être fort utile si certaines bornes disparaissent ou que des cartes sont endommagées.

La boussole est surtout utile au débutant pour savoir dans quel sens il faut lire la carte. Sans élaborer sur l’orientation, sache que le haut d’une carte indique le nord et que le bout rouge de l’aiguille sur ta boussole indique la même direction.

Ta boussole doit par contre être à plat pour qu’elle indique la bonne direction. L’idée est de lire ta carte dans le même sens.

La randonnée pour les nuls : 6 trucs pour partir du bon pied lors de sa première rando

5. Y aller à son rythme

Je sais que je t’en ai déjà parlé, mais j’insiste, y aller à son rythme en respectant ses capacités est la meilleure attitude à adopter pour apprécier cette activité.

Par exemple, pendant une ascension, les randonneurs débutants ont le réflexe d’y aller trop rapidement sans prendre de pause.

Un bon truc pour savoir si tu vas trop vite est de parler avec son partenaire de randonnée. Si tu peux soutenir une conversation, c’est le signe que ton beau body gère la situation.

Prendre son temps, c’est non seulement adopté une vitesse de marche qui te convient, mais aussi t’octroyer le droit de prendre des pauses régulières.

Cela fait aussi partie des plaisirs de la randonnée que de prendre le temps d’observer ce qui t’entoure et de faire le point sur l’état de tes forces.

C’est le moment parfait pour vider l’acide lactique dans tes membres en faisant quelques étirements, quelques cycles de respiration consciente ou même faire une courte sieste. Le micro sommeil (quelques minutes suffisent) fait des miracles sur la récupération du corps !

S’ouvrir le luxe de relaxer quelques minutes sur une roche plate, ou de méditer sur les bruits de la forêt est un privilège que trop peut de personnes s’offrent.

Puis évidement, c’est le moment idéal de prendre une petite bouchée.

Il est préférable de s’arrêter plus souvent et moins longtemps à la fois. Si tu t’arrêtes trop longtemps sans bouger, ton corps se met en mode « repos » et il te sera alors plus difficile de te motiver à repartir.

Sois surtout à l’écoute de ton corps et ne prends aucun inconfort à la légère. Certaines zones comme le dos, les genoux et les chevilles sont plus à risque de subir des blessures les premières fois. S’étirer avant de partir et à la fin de l’activité est une bonne façon de prévenir les blessures.

La randonnée pour les nuls : 6 trucs pour partir du bon pied lors de sa première rando

6. Être accompagné

La meilleure façon de prendre des décisions éclairées est d’en discuter avec quelqu’un d’autre. C’est encore plus vrai quand on est débutant.

La joie d’une expérience partagée amplifie aussi ton facteur bonheur.

Joindre un groupe de randonnée est une excellente façon de s’initier dans un environnement motivant et sécuritaire.

La présence d’un guide te permettra de te dégager l’esprit de tous les petits tracas. Tu as donc tout le loisir de te concentrer sur l’expérience du moment.

C’est une occasion unique d’en apprendre un peu plus sur tes propres capacités et de ton niveau de confort sur les différents types de terrains.

Voilà, tu es maintenant prêt à t’élancer sur les sentiers pour la première fois. Surtout rappelle-toi que la règle de base et de t’amuser.

Si certains conseils que j’ai partagés dans ce texte te paraissent lourds ou contraignants, bien dis-toi que seul ce que tu ressens pendant ton expérience te permettras de prendre la mesure de ce qui est nécessaire pour toi.

Si tu commences tranquillement et que tu augmentes graduellement la durée et la difficulté de tes parcours, tu réaliseras que la préparation est une étape qui se fait avec plaisir. Quand tu auras connecté avec les bienfaits de cette activité, tu voudras par tous les moyens la prolonger.

Et ce jour-là tu seras content d’avoir lu ce texte qui te donnes une petite idée de ce à quoi peut ressembler l’aventure.

La randonnée pour les nuls : 6 trucs pour partir du bon pied lors de sa première rando
François Dumaine photo

À propos

François Dumaine

My mission is to save lives and sedentary people through the outdoors. For me, a sedentary lifestyle goes well beyond sitting in the living room.

I want to disconnect people from the virtual world to connect them to the real world. I want to reconnect with nature. I want people to stop SURVIVING, and start living! I want to communicate the feeling of freedom, of fulfillment that I live in nature!
I have the deep desire to help make the world a better place. I would like to leave my imprint on our planet this way. This is the message I want to leave as a legacy to my children! ;-)

All my work aims to inspire you, to inform you about different outdoor activities. I want to mak...


Articles Similaires


COMMENTAIRES ET ÉVALUATIONS

Vous devez vous connecter pour interagir avec notre communauté. Se connecter S'inscrire